Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Appel pour sauver des élèves blessés dans les affrontements avec les forces de l’ordre

Publié le mercredi 2 mai 2018  |  AIP


M’Bahiakro- Le député de M’Bahiakro, Kouamé Tialy Honoré, a lancé vendredi, un appel aux bonnes volontés pour prêter secours à deux élèves gravement blessés en mars au cours des affrontements avec les gendarmes, suite à l’assassinat d’une élève de la localité.

L’honorable Tialy Honoré qui parrainait une cérémonie d’hommage aux enseignants du lycée moderne de M’Bahiakro, a saisi cette perche pour lancer un appel à la solidarité autour de Kouakou Kouassi Clauvis, âgé d’environ 17 ans et de Yao Komenan Séverin, âgé de 12 ans, deux élèves en 4e et en 6e dans deux établissements secondaires privés de la ville.

Ces deux adolescents, selon le député de M’Bahiakro, sont encore internés au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Bouaké, près de deux mois après avoir été blessés par balles dans les violents affrontements avec les forces de l’ordre.

Du bilan actuel dressé par le député de ces tristes événements, il ressort que la plupart des blessés graves évacués au CHU de Bouaké à la suite de cette crise ont regagné leur domicile, mais les cas des deux enfants sus cités sont encore sérieux. Après des interventions chirurgicales effectuées sur chacun d’eux, le plus âgé est encore en phase d’être opéré, pour la troisième fois.

"L’Etat de Côte d’Ivoire a donné des instructions dès les premières heures, pour la prise en charge des blessés. Malheureusement, cette prise en charge s’est limitée à la main d’œuvre des praticiens. Ces interventions chirurgicales très lourdes nécessitent beaucoup de produits pharmaceutiques que les budgets des parents ne peuvent pas supporter. C’est pourquoi je lance ici un appel à toutes les bonnes volontés, un SOS pour sauver Clauvis et Kévin", a déclaré le député.

Il a, par ailleurs, indiqué qu’à ce jour, 13 personnes sont détenues au camp pénal de Bouaké, dont sept élèves et six civils dans le cadre de ces événements qui ont vu la brigade de gendarmerie saccagée et incendiée. Ces personnes, présumées innocentes, ont besoin d’assistance et de prière, aux dires de monsieur Tialy, surtout que certains parmi eux sont en classe d’examen.

Les élèves de M’Bahiakro avaient manifesté violemment leur indignation début mars, contre l’assassinat d’une des leurs. Cette manifestation avait provoqué des heurts aux conséquences graves, rappelle-t-on.

djmzb/fmo
Commentaires


Comment