Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire : le casse-tête sécuritaire de Bouaké

Publié le jeudi 3 mai 2018  |  Jeune Afrique
Le
© Abidjan.net par DR
Le siège du CCDO à Bouaké, cible d`attaque de militaires
Mardi 09 Janvier 2018. La base du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) de Bouaké, dans le Centre-Nord ivoirien a été entièrement saccagée à l’arme de guerre.


Les mutineries répétées à Bouaké en Côte d'Ivoire depuis fin 2014 sont une question militaire autant que politique. L'État tente de reprendre la main sur les garnisons instables.

Avec ses trois casernes, Bouaké a des faux airs de ville-garnison. Une majorité des 8 400 éléments des anciennes Forces nouvelles (aujourd’hui intégrées dans l’armée) y étant rassemblée, la question militaire est un enjeu majeur. Depuis les mutineries de novembre 2014, l’État n’a pas vraiment repris le contrôle de la situation. Pour Nicolas Youssouf Djibo, le maire de la ville, issu du Rassemblement des républicains (RDR), « c’est en partie parce que la gestion sécuritaire a été trop politisée ».

Selon plusieurs sources, Hamed Bakayoko, l’actuel ministre de la Défense, avait tenté de se rapprocher de certains leaders dans le but de les canaliser. « Il y était parvenu, jusqu’aux mutineries de 2017 », nous précise-t-on. Lors de ces événements, qui ont fait trembler la République ivoirienne, même les anciens chefs rebelles n’ont pas réussi à imposer leur autorité. « À chaque soulèvement, de nouvelles fortes têtes émergeaient », précise un haut gradé.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment