Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Déclaration du syndicat national des agents des affaires maritimes et portuaires de Côte d’Ivoire (SYNAAMP-CI)

Publié le lundi 7 mai 2018  |  SYNAAMP-CI
Affaires
© Abidjan.net par Atapointe
Affaires maritimes et portuaires: le Syndicat national des agents anime un point de presse
Abidjan le vendredi 4 mai 2018. Le Syndicat national des Agents des Affaires maritimes et Portuaires de Côte d’Ivoire (SYNAAMP-CI) a animé un point de presse au cours duquel il a fustigé la gestion administrative et financière de la direction générale des affaires maritimes et portuaires (DGAMP


Je voudrais au seuil de mon intervention, exprimer ma gratitude à l’ensemble des Camarades membres du Syndicat National des Agents des Affaires Maritimes et Portuaires (SYNAAMP-CI) qui ont bien voulu m’accorder leur suffrage. Lequel suffrage m’a auréolé du titre de Secrétaire général. Ce qui fait de moi le tout premier Secrétaire Général de notre syndicat. Chers camarades, merci pour cette marque de confiance. Et je suis convaincu que votre soutien ne me fera défaut dans la conduite des destinées de notre syndicat.
Quant à nos amis de la presse qui ont trouvé au plus profond de leurs âmes, l’étincelle sublime d’honorer de leur présence distinguée ce point de presse, je ne saurai m’empêcher d’avoir pour eux une pensée pieuse. Merci chers amis d’être venu apporter un plus au feu sacré de la solidarité.
En sus, souffrez que je rende un vibrant hommage aux personnes de bonne volonté qui ont fait preuve de mansuétude à notre égard en nous apportant leur indéfectible soutien dans l’organisation de ce point de presse.
Enfin je voudrais faire une mention spéciale à nos confrères des autres syndicats dont la présence ce matin, apportera à coup sûr un cachet spécial à ce point de presse.
Camarades syndicalistes, chers amis de la presse,
Nous avons jugé opportun, après notre élection à la tête du SYNAAMP-CI, de placer notre mandat sous le signe du renouveau des Affaires Maritimes et Portuaires.
A- PRESENTATION DU SYNAAMP-CI
Le SYNAAMP-CI a été porté sur les fonds baptismaux, le 20 février2018. Son siège est à Abidjan Cocody. Il regroupe tous les Agents des Affaires Maritimes et Portuaires sans distinction de grade, à jour de leur cotisation mensuelle après adhésion volontaire.
B- Les objectifs du SYNAAMP-CI
Le SYNAAMP-CI vise les objectifs suivants :
Défendre les intérêts de tous les Agents des Affaires Maritimes et Portuaires ; améliorer les conditions de travail des Agents en renforçant la capacité des différents services ; assurer le bien-être de tous les Agents au plan matériel et social ; mettre fin aux inégalités dans le partage des primes trimestrielles et autres avantages ; promouvoir l’amour du Travail bien fait ; lutter contre le favoritisme et faire en sorte que tous les Agents soient traités selon les différents grades et de façon équitable.


C- Les moyens du SYNAAMP-CI
Le SYNAAMP-CI veut atteindre ces objectifs à travers les moyens légaux suivants :
Le dialogue permanent avec la hiérarchie pour résoudre les problèmes des Agents ou de la Corporation ; Saisir le Ministre suite aux blocages du dialogue avec la hiérarchie ; lorsque les discutions n’ont pas eu d’issue favorable et qu’aucune solution n’est trouvée, déposer un préavis de grève dans les délais légaux; Enfin, entrer en grève s’il n’y a pas d’écho favorable.

D- EXPOSE DES MOTIFS

Camarades syndicalistes, chers amis de la presse,

Depuis sa création en Janvier 2004 (réf décret n° 2004-07 du 07 Janvier 2004 portant organisation du Ministère d’État, Ministère des Transports), la Direction Générale des Affaires Maritimes et Portuaires (DGAMP) a traversé plusieurs crises qui ont conduit aux départs forcés de trois ex-Directeurs généraux.

A l’avènement du Colonel Major TANO Koffi Bertin à la tête de la DGAMP en Décembre 2008, nous avions été optimistes. Malheureusement, au grand dam de tous, les chevaux de la crise sont revenus au galop.

Camarades syndicalistes, chers amis de la presse,

En mal de stratégies managériales, le bilan des dix années du Colonel Major TANO Koffi Bertin passés à la tête de la DGAMP, fait état d’une gestion calamiteuse faisant sombrer l’Administration maritime dans une grave et profonde léthargie. Il est regrettable de constater que depuis une décennie, le Colonel major TANO Koffi Bertin et sa bande pillent les fonds de la DGAMP sous le regard indifférent et le silence des différents Ministres des Transports qui se sont succédé.

En effet, le Directeur Général DGAMP a confié toute la structure du recouvrement des droits de trafic maritime aux membres de sa famille et à ses hommes de main. De cette façon, ses détournements ne peuvent être dévoilés au grand jour car il dispose d’un réseau parallèle de recouvrement dirigé par un lieutenant-colonel qui se charge de monnayer les manifestes pour transférer les fonds à son mentor. Pour les manifestes de tonnage de marchandises moins élevé, l’homme de main fait mentionner néant et se fait payer 50% par l’opérateur à titre personnel. Ce qui représente une manne financière engrangée chaque mois par le Directeur Général et son réseau.

La liste officielle du personnel des Affaires Maritimes et portuaires bénéficiaires des primes trimestrielles n’est jamais connue. De ce fait, le DG déclare au trésor public des montants qui sont supposés être versés aux agents comme primes trimestrielles mais en réalité c’est une arnaque car les montants que les agents perçoivent ne sont pas conformes aux montants déclarés par le DG au Trésor Public. Ainsi, le Directeur Général fait des surfacturations pour intéresser des personnes étrangères à la DGAMP et corrompre les membres de son réseau mafieux afin de se maintenir à son poste.

Le DG et le responsable de la Trésorerie Principale des Transports Terrestres et Maritimes sont les seuls à connaitre le montant des recettes et les ristournes desdites recettes que le trésor public reverse à la DGAMP. Cet état de fait leur permet de faire toutes les manœuvres possibles pour détourner les fonds publics. La preuve en est que le DG n’a fait aucun bilan financier depuis 10 ans.
Chaque trimestre, le Directeur Général s’octroie près de 50 000 000 FCFA de carburant, sous le fallacieux prétexte d’alimenter les engins roulants et nautiques. Ces engins nautiques qui n’existent que de nom appartiennent en réalité à des fournisseurs qui les récupèrent après chaque remise officielle. Pour rappel, dans le mois de Février 2018, le DG a remis officiellement un zodiac à notre Administration en présence de l’actuel Ministre des Transports mais peu de temps après, l’engin a été récupéré par le fournisseur.
Certains syndicats des Affaires Maritimes et Portuaires ont même dénoncé cet état de fait. Voici une fois de plus que le DG vient d’arnaquer impunément notre Administration. Entre 2010 et 2015 il y a eu un arrêté Ministériel de partage du droit de trafic maritime qui conférait 40% à l’État, 40% à la DGAMP et 20% au secteur maritime. Le colonel major TANO K. Bertin a réussi à récupérer les 20% représentant la part du secteur maritime estimée à quelques milliards de FCFA. Cette information est toujours vérifiable au Trésor public.
À chaque trimestre, le Directeur Général demande aux opérateurs économiques de lui verser des montants parfois très énormes qui serviraient à payer les agents de la DGAMP mais en réalité c’est une forme de racket pour son enrichissement personnel car c’est la trésorerie principale qui paye les primes et non le Directeur Général.
Au niveau de la gestion du fonds de prévoyance des Affaires Maritimes et Portuaires, notons qu’un prélèvement d’un montant de 60 000 FCFA est fait sur les primes trimestrielles de chaque agent. À ce prélèvement, est prévue une subvention qui devrait être reversée trimestriellement par le DG. Ce qui n’a jamais été fait. Provocant ainsi, un disfonctionnement du fonds de prévoyance des Affaires Maritimes et Portuaires avec son corollaire de décès en cascade dans nos rangs.

Au niveau de l’équipement, notons que la Côte d’ivoire est le seul État côtier où l’Administration maritime ne dispose d’aucun engin nautique pour la surveillance des côtes et du plan d’eau depuis plus de dix ans. Même le matériel bureautique les plus élémentaires tels que l’encre, les bureaux, les fauteuils, le matériel informatique, les papiers ram sont insuffisants dans l’ensemble des services.

Au plan administratif, il y a une discrimination notoire au sein de notre Administration. Le DG n’a aucun égard pour les règles les plus élémentaires de l’Administration publique. En effet, les nominations sont faites à la tête du client. Certains Administrateurs de grade A5 et de grade A6 ne sont que de simples chefs de services tandis que d’autres Administrateurs de grade A4 et les Officiers de grade A3 occupent des postes de responsabilité.

Le pire, est que certains Administrateurs sont sous la responsabilité des Officiers de grade A3. Avec le colonel major TANO Bertin, nous sommes dans un système de monarchie administrative dans lequel ses collaborateurs ne sont que des commis. Ils n’ont pas le droit d’émettre des décisions aux réunions de direction sous peine d’injures publiques.
Notre Administration souffre d’un grand désordre car certains Directeurs qui devraient être confirmés aux postes de Directeurs centraux sont depuis plus de six ans intérimaires. Pour exemple, quatre ans après le décès du Directeur Général Adjoint le colonel AHIRA, son poste est toujours resté vacant. Cette situation instaurée de façon expresse par le monarque lui permet d’avoir la main mise sur la gestion de notre Administration comme sa société privée. Depuis plusieurs années, le Ministère des Transports n’a pu résoudre ce problème qui met en mal le fonctionnement normal de l’Administration maritime.
Depuis près de 20 ans, certains agents qui ont des affinités avec le DG sont restés inamovibles à leur poste. L’organigramme actuel de la DGAMP est désuet et jusqu’à présent, nous sommes dans l’attente de la signature d’un nouvel organigramme qui pourrait permettre de restructurer notre Administration.
Les textes règlementaires relatifs à la discipline ne sont toujours pas appliqués. Ce qui favorise l’indiscipline au sein de notre Administration.
Pendant dix ans, le colonel Major TANO K. Bertin est le seul à avoir un véhicule de service à la DGAMP. Tous les Directeurs centraux ni encore moins les Sous-directeurs ne disposent pas de véhicules Administratifs alors que le Directeur Général s’est fait acheter une luxueuse Rang Rover de type 4X4 sur les fonds mis à la disposition de la DGAMP par l’État de Côte d’Ivoire. Cette information est vérifiable au trésor public.
Nous sommes un corps paramilitaire, à ce titre il est donc important que nous disposions de cartes professionnelles et que celles-ci soient mises à jour. Cependant, le DG a fait stopper la production des cartes professionnelles par le service des Ressources Humaines pour des raisons inconnues. Ainsi, tous les agents qui ont égaré leur carte professionnelle n’ont plus la possibilité de s’en procurer.
Tous les agents promus au grade supérieur depuis 2016 n’ont pu mettre à jour leur carte professionnelle. Face à cette situation gênante quand il s’agit de décliner son grade, tous les agents à l’unanimité ont salué l’avènement de la nouvelle carte sécurisée initiée par le DG mais depuis plus d’un an que l’enrôlement du personnel est achevé, aucune carte n’est encore disponible alors que le DG a fait débloquer des fonds importants pour cette opération.
Depuis plusieurs années, le DG a informé l’ensemble des agents de l’acquisition de 100 hectares de terrain à leur profit. Cela est en réalité une arnaque car il a confisqué tous ces terrains.



Chers amis journalistes,
Je sais que vous vous posez certainement la question de savoir comment depuis plus de dix ans de détournement et de gestion anarchique de l’Administration maritime, le DG se maintient-il à son poste. La réponse à cette question est simple. En effet, le DG a certainement du soutien dans la haute sphère politique qui empêche la publication des résultats de tous les audits qui ont eu lieu à la DGAMP sous l’ère TANO car il se plait à le dire à qui veut l’entendre que tant que ses soutiens seront en place il ne bougera pas de son poste.
Nous voudrions que monsieur le Ministre des Transports nous démontre le contraire de cette affirmation par la publication des résultats du dernier audit qu’il a demandé. À ce propos, je précise que la majorité des syndicats de la DGAMP ont eu plusieurs rencontres d’abord, avec l’ex-Ministre Monsieur GAOUSSOU Touré et l’actuel Ministre des Transports Monsieur AMADOU Koné pour leur faire part de leurs différentes préoccupations mais ces rencontres n’ont apporté aucun changement de la part du DG.
Au contraire, il continue de régner en maître absolu comme s’il n’a aucun supérieur hiérarchique. Il ne fait aucun bilan financier. Depuis dix ans, le fonctionnaire milliardaire a réussi à échapper à la Police économique, au Secrétariat Général de la bonne gouvernance et à bloquer les résultats des différents audits.

E- PLATE-FORME REVENDICATIVE

Au vu de tout ce qui précède, le SYNAAMP-CI demande :
1- Que les résultats du dernier audit demandé par le Ministre des Transports soient publiés afin que la lumière soit faite sur la gestion Administrative et financière du DG ;
2- Que la liste du personnel des Affaires Maritimes et portuaires bénéficiaires des primes soit publiée avec leur montant ;
3- Qu’une enquête soit diligentée sur la disparition des engins nautiques qui ont été remis officiellement par le DG en présence de l’ex-Ministre des Transports GAOUSSOU Touré et de l’actuel Ministre KONE Amadou ;
4- Que les cartes professionnelles pour lesquelles des fonds ont été dégagés soient mises le plus rapidement possible à la disposition  des agents;
5- Que les Agents qui disposent de leur arrêté de promotion soient affectés et par conséquent, qu’ils soient pris en compte entièrement en fonction de leur nouveau grade dans le partage des primes ;
6-Que les textes relatifs à la discipline soient mis en applications ;
7- Que tous les agents qui totalisent plus de 05 ans de service à leur poste soient mutés ;
8- Que les services de la DGAMP soient équipés en matériels bureautiques et en engins nautiques et roulants ;
9- Que des véhicules administratifs soient attribués aux Directeurs Centraux ;
10-Que la DGAMP soit restructurée par la signature d’un nouvel organigramme ;
11-Que le DG attribue les 100 hectares de terrain aux agents.
12-Que le Directeur Général des Affaires Maritimes et Portuaires fasse un bilan financier trimestriel et augmente les primes trimestrielles de tous les agents pour améliorer nos conditions de vie.
Nous souhaitons que le DG prenne en compte nos revendications aux fins de l’amélioration des conditions de vie et de travail de tous les agents car nous n’accepterons plus une quelconque négligence de sa part. Si dans un mois, il ne réagit pas pour tenter de satisfaire nos revendications, nous nous réserverons le droit de porter plainte en tant que structure syndicale pour détournement de fonds et de biens publics avec les preuves que nous avons en notre possession. Nous allons rompre le silence en dénonçant continuellement via les réseaux sociaux et les autres moyens de communication la mauvaise gestion administrative et financière du colonel major TANO Bertin.
F- APPEL AU GOUVERNEMENT
Aux membres du gouvernement, nous voudrions attirer votre attention sur le fait que les Affaires Maritimes et Portuaires sont une Administration incontournable dans le développement de l’économie bleue et de l’industrie maritime qui sont les poumons de l’économie mondiale. Ne dit-on pas que celui qui contrôle la mer dirige la mer dirige le monde ?
La mer couvre les 2/3 du territoire Ivoirien et regorge d’importantes Ressources indispensables au développement de notre pays. 90% de nos échanges commerciaux avec l’extérieur se font par voie maritime. Cela signifie que notre pays a besoin d’une Administration Maritime forte capable de défendre nos droits liés à la mer et de participer activement au développement de l’industrie maritime et de l’économie bleue en côte d’Ivoire.
Nos ports ne peuvent être fréquentés par les navires étrangers que s’ils sont certifiés aux normes du Code ISPS (Code International pour la sûreté des navires et des installations portuaires) par la DGAMPB. Nous lançons donc un appel au Premier Ministre, chef du gouvernement, de sauver l’Administration maritime Ivoirienne qui se meure en silence. Nous lançons également un appel au Président de la République de jeter un regard favorable sur notre Administration en privilégiant l’intérêt public au détriment de l’intérêt personnel car depuis 10ans les Affaires Maritimes Ivoiriennes n’ont pu retrouver leur marque avec le colonel Major TANO K. Bertin.
Monsieur le Ministre des Transports, nous vous remercions pour le travail abattu en si peu de temps à la tête de votre département Ministériel. Nous sommes reconnaissants de toutes les bonnes actions que vous avez menées en faveur de la DGAMP. Nous souhaitons que votre vision pour notre Administration continue de vous animer car il y a environ 800 agents qui sont réduits au silence et maintenus dans la misère par le colonel Major TANO Bertin depuis la deuxième jusqu’à la troisième République. Le DG a toujours sacrifié les intérêts de ses agents au profit de ses intérêts personnels. Il préfère corrompre tous ceux qui sont susceptibles de le déranger que de faire le travail pour lequel il a été nommé. Il considère la DGAMP comme son trône royal depuis 10 ans.
Monsieur le Ministre, notre pays est un État de droit et aucun habitant de ce pays n’est au-dessus des lois Ivoiriennes. Il est temps que les résultats de l’audit que vous avez demandé soient publiés. En dix ans à la tête de la DGAMP, le bilan du DG est sombre et ridicule mais pourquoi l’administration maritime Ivoirienne doit-elle mourir au détriment d’un individu ?
Les Affaires Maritimes et Portuaires disposent de nombreux cadres compétents formés dans des prestigieuses écoles au Canada, en Europe et en Côte d’Ivoire à travers l’ENA. Ces cadres veulent avoir le privilège avec vous de rompre avec le management du 17è siècle instauré depuis 10 ans par le colonel TANO K. Bertin.
Monsieur le Ministre, Nous nous sentons véritablement comme des orphelins. Chaque fois qu’un nouveau Ministre des Transports est nommé, la majorité des agents espèrent que nous serons enfin libres mais malheureusement aucun des Ministres qui vous ont précédé n’ont pu nous libérer du joug du colonel major TANO Bertin. Nous vous prions donc, de nous libérer de cette emprise démoniaque qui ne fait qu’endeuiller la famille des Affaires Maritimes. Après 10 ans de règne à la tête de la DGAMP le SNAAMP-CI estime que le DG a eu tout le temps de prouver ses compétences. Malheureusement tous les audits ont confirmé l’incompétence et la gabegie de ce dernier qui se prend pour un intouchable.
Monsieur le Ministre, la Côte d’Ivoire en général et la DGAMP en particulier regorge d’éminents cadres compétents, capables de faire mieux que le colonel major TANO Bertin pour donner un visage plus reluisant à notre Administration. Votre seule volonté suffit pour redynamiser l’Administration Maritime qui sous d’autres cieux est pourvoyeuse de fonds.
APPEL AUX AGENTS
À tous les agents de la DGAMP, vous vous direz encore un autre syndicat ? Oui un autre syndicat qui se veut singulier de par sa logique de lutte. Soyez rassuré, le SYNAAMP-CI est né pour défendre les droits et le bien-être social de tous les agents. Nous n’agirons pas pour les intérêts de ceux qui sont tapis dans l’ombre ni pour les intérêts de ceux qui sont en ce moment à la lumière et nous ne sacrifierons non plus nos intérêts au profit d’un quelconque DG.
Que tous ceux qui se sont inscrits dans l’achat de conscience des syndicalistes prennent garde de l’essayer avec les membres du SYNAAMP-CI.
Conclusion
Il y a sans conteste un temps pour chaque chose. Ainsi, dans l’évolution de toute structure, de toute société, il faut savoir franchir des étapes, marquer des repères et tourner des pages ; avancer au moment propice sans hésitation vers les défis de l’avenir. Et face à cette violente tempête qui dure depuis plusieurs années, loin de toute prétention, le SYNAAMP-CI veut oser la rupture en prenant courage avec un nouveau départ pour faire renaître l’espoir. Pour y parvenir, il est déterminé à participer activement au changement et à l’évolution significative de la DGAMP. Et ce, dans la perspective de lui permettre d’asseoir son autorité dans le secteur maritime et portuaire et imprimer un rythme de progrès social aux agents des AMP.
Camarades, soyez prêts car seule notre détermination peut mettre fin à l’injustice et faire sortir notre Administration des ténèbres dans lesquelles le colonel TANO l’a plongée.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire,
que Dieu bénisse les Affaires Maritimes Ivoiriennes.
Je vous remercie pour votre aimable attention.

Fait à Abidjan le,

Pour le Bureau National du SYNAAMP-CI

Le Secrétaire Général

Commentaires


Comment