Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

PDCI-RDA, Candidature de Bédié en 2020, le masque est tombé! KKB, « ça n’engage que Gnamien Yao »

Publié le mardi 15 mai 2018  |  Pôle Afrique
Politique:
© Abidjan.net par Atapointe
Politique: le député Kouadio Konan Bertin (KKB) face à la presse
Mercredi 16 Juillet 2014. Abidjan. 2 Plateaux. Kouadio Konan Bertin (KKB), député à l`Assemblée nationale et ex secrétaire général de la jeunesse du PDCI RDA s`est prononcé au cours d`une conférence sur les sujets brulants de l`actualité politique.


L’information fait la Une du confrère »Le Mandat » de ce lundi 14 mai. Le président Henri Konan Bédié sera le candidat du PDCI-RDA en 2020. La déclaration est du »Grand conférencier » du vieux parti, l’ex-ministre Gnamien Yao.

« Avez-vous une idée de la personnalité qui sera candidate pour le compte du PDCI ? » A cette question du confrère, la réponse de Gnamien Yao est sans ambiguïté. « Jusqu’à nouvel ordre, le candidat du parti c’est le président Henri Konan Bédié », révèle l’ex-ministre de l’Artisanat dans l’administration Laurent Gbagbo, nommé il y a peu »Grand Conférencier » du PDCI par le leader de cette formation politique.

Invité de »Le Journal du Dimanche », émission de la structure éditrice du journal »Le Mandat », un quotidien proche du PDCI-RDA, Gnamien Yao explique que l’ex-président ivoirien rempli les critères du militant actif pour avoir gagné le 12ème et dernier congrès ordinaire en date du parti fondé par Félix Houphouët-Boigny. « Le président Bédié a une légitimité historique. Il a gagné le 12ème congrès. Un séminaire de Bingerville a dit que le candidat du parti doit être un militant actif. Mais qui oserait confier son parti à quelqu’un d’inactif ? », s’est-il interrogé.

En Côte d’Ivoire, les prochaines élections présidentielles sont prévues pour octobre 2020. A encore plus de deux ans, chaque formation politique affûte ses armes. Les intentions de candidature s’annoncent. Des responsables de partis politiques comme Mabri Toikeusse de l’UDPCI et Gnamien Konan, l’ex-président de l’UPCI, ne font pas de mystère sur leurs ambitions de briguer le fauteuil présidentiel. Au RDR le parti au pouvoir, le suspens est toujours entretenu sur l’identité du porte étendard, le président d’honneur militant pour « le meilleur profil » au RHDP.

Cependant, les journées d’hommage aux présidents de ces formations se multiplient. Le PDCI, pour ne citer que cette formation politique en est à sa deuxième en moins de trois mois. Une autre journée d’hommage à Henri Konan Bédié est ainsi annoncée à Paris en France le 30 juin prochain. Avec cette déclaration du »Grand conférencier », le vieux parti prépare-t-il les esprits à l’acceptation de la candidature prochaine de Henri Konan Bédié pour le compte du PDCI en 2020 ?

Dr Eddie Guipié est enseignant-chercheur en Sciences politiques à l’université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo dans le nord de la Côte d’Ivoire. « La réponse à cette question revient à répondre à celle de savoir à quel titre le ministre Gnamien Yao s’exprime », interroge-t-il.

« Grand conférencier, ce n’est pas un poste statutaire. Même s’il est délégué du PDCI, ce n’est pas suffisant pour se prononcer de manière publique sur ce sujet. Est-ce un vœu pieux de sa part, ou sont-ce des consignes qu’il a reçues pour en parler ? Ce sont des questions qui se posent en même temps. Toujours est-il que le président Bédié de sa propre bouche, a déjà dit dans une interview à Jeune Afrique qu’il ne serait pas candidat », analyse pour Poleafrique.info le politologue ivoirien.

Pour Dr Eddie Guipié, l’ex-président ivoirien et leader du PDCI est aux services de son pays depuis 1958. Et ce, à plusieurs niveaux de responsabilité dans l’administration publique. « (Pour) La figure tutélaire qu’il est aujourd’hui pour des ivoiriens, il est certain qu’il mérite une retraite. Il lui appartient de préparer sa succession. C’est à tout point ce qui serait mieux pour ce parti qui plus est, regorge de cadres », soutient-il.

Toutefois, l’expert politologue n’écarte pas qu’il s’agit du milieu politique. Où dit-il, les acteurs en Afrique ne prennent pas de retraite.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment