Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Des peines diverses pour les auteurs des délits du 1er mai à Biankouma

Publié le mercredi 16 mai 2018  |  AIP


Man- Une vingtaine de prévenus a comparu mardi devant le tribunal de première instance de Man, à savoir 12 pour des troubles à l’ordre public le 1er mai à Biankouma, 10 pour trouble, vol avec violence n’ayant pas entraîné de blessure et en réunion portant sur les numéraires et divers autres objets, et un pour les mêmes chefs d’accusation en plus de la détention illicite de cannabis.

Selon les informations recueillies lors du procès, le nommé Traoré Abou qui vit à Man a prévu des festivités bruyantes en organisant un convoi sur Biankouma, le jour de la fête du travail, en prélude à son mariage qui devrait avoir lieu le jeudi suivant.

Mais ce dernier n’a pas pris soin de vérifier si toutes les personnes désignées pour l’aider à enterrer sa vie de célibataire étaient de bonne moralité. A Biankouma, ceux qui étaient des loups vêtus de peau d’agneau, ont attaqué et dépouillé des habitants de différents quartiers.

Informée, la police a pu prendre entre les mailles de son filet, le futur marié et une vingtaine de personnes dont celui qui a commis plusieurs vols et flairé ensuite un fumoir, où il a dérobé un sac de cannabis.

Le sieur Traoré et deux autres prévenus ont été relaxés parce que la justice a décidé après analyse qu’ils ont été négligeants mais qu’ils ne sont pas coupables, parce qu’ils ne connaissaient pas les intentions de ceux qui ont violenté les passants en vue de leur arracher leurs portables, argent et autres biens à Biankouma.

Neuf ont été condamnés à 12 mois avec sursis pour troubles à l’ordre public. « Pendant un an, si vous faites du bruit lors d’un mariage et qu’on vous prend, vous serez condamnés réellement par la justice », a prévenu un juge.

Neuf autres reconnus par certaines victimes ont été condamnés à trois ans de prison ferme avec 100 000 francs CFA d’amende à payer, pour trouble, vol avec violence n’ayant pas entraîné de blessure et en réunion portant sur les numéraires et divers autres objets. Celui qui a dépouillé le fumoir de son sac de drogue, écope de cinq ans de prison ferme, avec une amende de 500 000 francs.

amak/cmas
Commentaires


Comment