Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Déclaration d’Addis-Abeba: La Côte d’Ivoire se prépare à présenter les progrès dans la mise en œuvre des engagements sur les questions de Population et Développement

Publié le mercredi 16 mai 2018  |  Abidjan.net
Appui
© Ministères par DR (Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration et ne correspond pas forcément avec le contenu de l`article)
Appui à la consolidation de la paix: des bailleurs du Fonds des Nations Unies échangent avec le gouvernement
Mardi 17 octobre 2017. Une délégation des bailleurs du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (PBF) a eu des échanges avec le Gouvernement, les partenaires au développement, la société civile et les Agences des Nations Unie. La Ministre du Plan et du Développement, Kaba Nialé (photo) et la Ministre de la Femme, de la Protection de l`Enfant et de la Solidarité, Madame Koné Mariétou ont pris part aux côtés de Monsieur le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Côte d`Ivoire, Babacar CISSE.


25 ans après l’adoption du Programme d’Actions de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD), adopté au Caire en Egypte en 1994, la Commission Population et Développement des Nations Unies, entreprend une revue globale de la mise en œuvre de ce Programme d’Actions dans les différents pays.

Cette revue globale fera le point des engagements pris par les Chefs d’Etat et de Gouvernement pour résoudre les problèmes de population et de développement en Afrique.

C’est un ensemble de 88 engagements pris par les Chefs d’Etats sur les problématiques relatives à la population et au développement qui impactent le continent africain d’une part, et qui d’autre part, sont essentielles dans le cadre de la réalisation des Objectifs du Développement Durable et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

L’objectif de cette revue globale est donc d’examiner les progrès accomplis depuis 2014 par les différents pays, d’identifier les faiblesses et les défis afin de faire progresser les politiques publiques et les priorités nationales vers la réalisation de ces engagements. La revue vise également à exploiter le potentiel humain du continent africain en vue de capitaliser sur le fort potentiel jeune et bénéficier d’un Dividende Démographique.

Conformément aux directives et normes internationales, les domaines examinés sont les engagements contenus dans les 6 piliers thématiques suivants : (i) Dignité et Egalité, (ii) Santé, (iii) Lieu et Mobilité, (iv) Gouvernance, (v) Données statistiques sur la population, (vi) Coopération et Partenariat.

C’est dans ce contexte que sur instruction de Madame Nialé KABA, Ministre du Plan et du Développement, l’Office National de la Population avec l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a organisé un atelier de validation du rapport national de mise en œuvre de la Déclaration d’Addis-Abeba sur la Population et le Développement, le mercredi 9 avril 2018 à l’ENSEA.

Le Directeur Général de l’Office National de la Population, Dr Moustapha HININ, représentant Madame le Ministre du Plan et du Développement à cet atelier, a rappelé dans son intervention les enjeux en matière de population et développement et la nécessaire adéquation entre la croissance démographique et le développement socioéconomique. Il a également souligné que le Programme d’Action adopté au Caire en 1994 constitue un jalon historique résultant d’un consensus qui s’est dégagé sur les objectifs relatifs à la population et au développement, ainsi que les cibles quantitatives et qualitatives à atteindre. Ces objectifs concernent notamment: une croissance économique inclusive pour le développement durable, l’accès universel à l’éducation, l’égalité des sexes et l’élimination de toute forme de violence à l’égard des femmes, la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la reconnaissance des droits génésiques, l’accès universel à tous les services de santé reproductive, incluant les services de planification familiale.

Le rapport soumis à validation indique que des progrès significatifs ont été réalisés au cours des cinq dernières années dans les domaines examinés. En effet, les différentes enquêtes et évaluations réalisées ces dernières années, montrent que la situation s’est améliorée depuis la fin de la crise post-électorale, en termes de sécurité, de respect des droits humains, et en matière d’égalité et de lutte contre toutes les formes de violences, notamment celles faites aux femmes et aux enfants. En outre, des progrès ont été enregistrés en matière d’éducation, de participation et d’autonomisation des femmes, de lutte contre les violences basées sur le genre et de mutilations génitales féminines, de promotion de la jeunesse et insertion professionnelle et de prise en charge des personnes vulnérables.

Cependant le rapport souligne qu’en dépit des progrès enregistrés par la Côte d’Ivoire, de nombreux défis persistent en matière de population et développement. C’est pourquoi le rapport suggère d’intensifier la mobilisation des ressources auprès des partenaires multi/bilatéraux pour le financement des activités en matière de population et développement.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la commémoration en 2019, du 25ème anniversaire du Plan d’Action de la Conférence Internationale sur Population et Développement (PA/CIPD) adopté au Caire en 2014.

Au terme du processus de validation nationale, le rapport de la Côte d’Ivoire sera soumis à la Commission de l’Union Africaine et la Commission Economique Africaine puis intégré dans le rapport continental que les Ministres africains en charge des questions de population et développement et les experts examineront à Addis-Abeba, en Éthiopie, en octobre 2018.



DA
Commentaires


Comment