Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Une ONG assiste les personnes malvoyantes de Mahapleu

Publié le mercredi 16 mai 2018  |  AIP


Man- Située à près de 45 kilomètres de Man (Ouest, région du Tonpki), la sous-préfecture de Mahapleu dispose d’une organisation non gouvernementale dénommée « Je vis avec mon handicap » qui aide à l’amélioration des conditions de vie des malvoyants et non-voyants.

« Cette ONG aide les non-voyants à travers des formations aux petits métiers et à l’écriture brailles. Nous organisons les non-voyants et les malvoyants en vue de les aider à améliorer leurs conditions de vie », a indiqué lundi son secrétaire général, Oulaï Douagbeu Albert, lors d'un entretien avec l'AIP.

Selon M. Oulaï, les membres de cette association qui revendique 145 membres ont décidé de ne pas se laisser aller à la mendicité et se sont mis au travail pour assurer leur survie. « C’est par le travail que nous finançons nos activités. Nous cultivons le riz irrigué, le riz de bas-fond et le manioc. En plus, nous faisons des briques en terre que nous vendons pour assurer notre survie », a relevé le président de l’organisation, Goué Fagoua Anderson.

Cet engagement des non-voyants de Mahapleu ne se fait pas sans difficulté. « Pour être efficaces dans nos actions, il nous faut des moyens de déplacement. Une voiture ou des motos parce que nous avons des sections et des membres dans des villages éloignés. En dehors des travaux manuels qui génèrent des revenus, l’ONG ne reçoit aucune subvention de l’État et des collectivités locales. Aucun appui des structures étatiques de protection sociale», a souligné M. Goué.

Il a fait savoir, par ailleurs, que leurs principaux projets sont la création d’une porcherie, une ferme avicole et la construction de maisons pour tous les membres. « Notre rêve, c’est un handicapé, un toit », a-t-il ajouté.

Au niveau local, ces personnes bénéficient du soutien de certaines autorités locales dont le sous-préfet qui leur a promis un site de deux hectares pour bâtir leur siège et le chef du village de Mahapleu, Gueu Patrice, par ailleurs préfet du département de Samatiguila.

Ce dernier leur a offert des parcelles pour la culture du manioc et du riz de bas-fond. « Je souhaite que les personnes de bonne volonté et l’État en particulier viennent en aide à ces non-voyants qui sont animés par des efforts remarquables et une volonté de sortir de leurs difficultés. Que les cadres, les enfants de la région se mobilisent pour apporter l’appui dont Goué Fagoua et son organisation ont besoin», a-t-il plaidé.


amak/akn/cma
Commentaires


Comment