Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Des cadres du Tonkpi exhortent les populations de Gandié (Biankouma) à faire confiance à la justice

Publié le dimanche 20 mai 2018  |  AIP


Man-Face aux dégâts causés par la récurrence des conflits fonciers à l’Ouest, dont le dernier en date est celui du village de Gandié (à 7 km de Gbonné, dans le département de Biankouma), des cadres et autorités du Tonkpi apaisent les populations, en les exhortant à faire confiance à la justice qui est à pied d’œuvre pour situer les responsabilités.

«Vous n’avez pas à vous inquiéter. Les autorités judiciaires font leur travail, la gendarmerie fait son travail et justice sera rendue », a affirmé vendredi, le sous-préfet de Gbonné, Albert Afanga, en ajoutant que les plus hautes autorités du pays suivent de très près ce conflit.

L’administrateur civil a également lancé un appel au calme. « Évitez toute forme de riposte. Parce que si vous osez mener une riposte contre les communautés qui vous ont attaqués, les conséquences peuvent être dramatiques », a-t-il prévenu.

De son côté, l’ancien ministre de l’Éducation nationale, Bleu Lainé Gilbert, estime que les populations doivent toujours se référer aux autorités compétentes chaque fois qu’elles se sentent lésées dans leur droit. « Nul n’a le droit de se faire justice parce que nous sommes dans un pays organisé et bien structuré. Nous sommes dans un État de droit », a-t-il souligné .

Lors de la visite de ces autorités, le porte-parole des populations, Gouessé Touré Ambroise, a expliqué les causes du conflit foncier, liées à la forêt sacrée du village, et dont les conséquences ont été la mort d'un homme et la destruction du village. « Nous avons le sentiment que la justice nous a oubliés parce que un des nôtres a été mis aux arrêts tandis que les assaillants qui ont détruit le village sont libres de leurs mouvements. Nous souhaitons que justice soit rendue », a-t-il affirmé.

Une solidarité humanitaire continue de se manifester autour de Gandié dont l’accès est difficile à cause du mauvais état de la route.


amak/fmo
Commentaires


Comment