Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Les sachets plastiques, un ennemi à combattre sans état d’âme (Ministre)

Publié le mercredi 6 juin 2018  |  AIP


Abidjan- Les sachets plastiques sont devenus un ennemi à combattre sans pitié et sans état d’âme, a affirmé mardi la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto, à l’occasion de la célébration officielle de la Journée mondiale de l’environnement à Abidjan portant cette année sur le thème « Combattons la pollution plastique ».

Pour la ministre de la Salubrité, le monde est aujourd’hui face à un impératif. « Nous sommes invités tous autant que nous sommes à explorer des alternatives durables afin de réduire de toute urgence la production et l’utilisation excessive de plastiques à usage unique responsable notamment de la pollution de notre cadre de vie et de nos océans. Elle représente en outre une menace pour notre santé », a-t-elle indiqué.

Mme Ouloto a expliqué que chaque année, le monde utilise 500 milliards de sacs en plastique majoritairement à usage unique ou jetable. « Au moins huit millions de tonnes de plastique finissent dans les océans, l’équivalent d’un camion à ordures complet à chaque minute, causant la mort d’un million d’oiseaux de mer et de 100 000 mammifères marins », a relevé Anne Ouloto.

La ministre a invité l’ensemble de ses concitoyens, notamment les industriels, à s’approprier le décret n° 2013-327 du 22 mai 2013 mettant fin à la fabrication locale, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des emballages plastiques qui composent, à ce jour, 12% de l’ensemble des déchets collectés quotidiennement à Abidjan. « Les sachets plastiques représentent une vraie menace pour la santé des populations, le cadre de vie et le tourisme en Côte d’Ivoire. Il est temps d’agir car la santé des populations, l’esthétique urbaine est mise en mal par ces sachets plastiques », a -t-elle prévenu.

« Le premier plastique à jeter de notre vie, sont les sacs, les pailles, les bouteilles jetables », a estimé, pour sa part, le chef du Bureau Afrique de l'Ouest du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), Mme Angèle Luh.

Pour le chef de la division climatique de la Banque africaine de développement (BAD), M. Dossouma, la célébration de cette Journée offre l’opportunité unique de porter un regard sur la situation actuelle des sachets plastiques. Il a indiqué que l’institution financière s’engage à « être un exemple de protection de son environnement ».

L’Organisation des Nations Unies, consciente que la protection et l’amélioration de l’environnement est une question d’importance majeure qui affecte le bien-être des populations et le développement économique à travers le monde, a désigné le 5 juin comme Journée mondiale de l’environnement.


gak/cmas
Commentaires


Comment