Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

L’exploitation intensive de la biodiversité menace son existence (Autorité)

Publié le vendredi 8 juin 2018  |  AIP
Lutte
© Abidjan.net par Marc-Innocent
Lutte contre les substances toxiques illicites: Clôture de la formation des agents de la ComNat-NRBC
Abidjan le 12 Juin 2017. Madame Nasséré Kaba, Directeur de cabinet adjoint du Ministère de la Salubrité, de l`Environnement et du Développement Durable a présidé la clôture de la formation des agents de Commission Nationale de Lutte contre la circulation illicite des substances Nucléaires, Radiologiques, Bactériologique et Chimique. Cette formation s`inscrit dans le cadre de la prévention en matière de crise chimique.


Abidjan - L’exploitation de la biodiversité, quoique très fructueuse pour les secteurs agricoles, pharmaceutiques, forestiers, touristiques, (…), menace l’existence même de ce patrimoine dont dépendent la vie et la prospérité de nombreuses communautés, a affirmé le directeur de cabinet adjoint du ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Nasséré Kaba.

Elle s’exprimait vendredi, à la bibliothèque nationale d’Abidjan, à l’ouverture de la journée commémorative des 25 ans de la convention sur la biodiversité (CBD), inscrite dans le cadre de la quinzaine nationale de l’environnement cette année.

Mme Kaba a expliqué que, la biodiversité s’érode à un niveau tel que plusieurs scientifiques évoquent cette situation comme étant celle de la 6ème phase d’extinction de la vie sur terre après celle qui a conduit à l’extinction des dinosaures, il y a 65 millions d’années.

« La diversité biologique est un patrimoine naturel qui possède de très nombreux bienfaits indispensables à la vie de l’homme et d’autres espèces. Il est donc de notre devoir de protéger la biodiversité. Si nous ne le faisons pas pour la survie des espèces et des écosystèmes, faisons le pour notre survie », a-t-elle lancé.

Selon elle, le gouvernement a certes amélioré sa politique à travers des stratégies nationales pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité mais cela ne n’aurait prospérer sans l’adhésion des populations. « J’invite chacun à se mobiliser, à assumer toute sa part de responsabilité en exploitant de façon raisonnable les ressources que la nature nous offre gratuitement », a-t-elle indiqué.

Le point focal national de la convention sur la diversité biologique, Jeanne N’Tain, a rappelé que la Côte d’Ivoire a ratifié la CDB le 29 novembre 1994. Elle a expliqué que des efforts constants ont été déployés par la Côte d’Ivoire pour le respect de ses engagements, notamment la monographie nationale sur la diversité biologique et des concertations nationales.

La journée de cette année s’est axée sur le thème, « 25 ans de la convention sur la diversité biologique en Côte d’Ivoire : mobilisons-nous pour la préservation de la biodiversité en vue de l’atteinte des objectifs du développement durable ».

gak/fmo
Commentaires


Comment