Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Lancement des réparations communautaires : Des experts du Ministère de Mariatou Koné et des acteurs non Etatiques avec l’appui du PNUD réfléchissent à la priorisation et à la budgétisation des besoins

Publié le mardi 12 juin 2018  |  Abidjan.net
Lancement
© Abidjan.net par DA
Lancement des réparations communautaires : Des experts du Ministère de Mariatou Koné et des acteurs non Etatiques avec l’appui du PNUD réfléchissent à la priorisation et à la budgétisation des besoins
Le mardi 12 juin, Yamoussoukro. Après le lancement, le 30 octobre 2017, de la grande phase du processus de réparation des préjudices des crises survenues en Côte d’Ivoire, avec la prise en compte des victimes des violences physiques, un atelier s’est ouvert où plus d’une vingtaine experts du Ministère de Mariatou Koné et des acteurs non Etatiques avec l’appui du PNUD réfléchissent à la priorisation et à la budgétisation des besoins


Après le lancement, le 30 octobre 2017, de la grande phase du processus de réparation des préjudices des crises survenues en Côte d’Ivoire, avec la prise en compte des victimes des violences physiques, le Gouvernement ivoirien, par le canal du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, envisage procéder, dans quelques mois, à la mise en œuvre des réparations communautaires sur l’ensemble du pays. Quels sont par ordre de priorité les besoins exprimés par les populations et quel en sera le coût ?

Pour y apporter une réponse, un atelier s’est ouvert le mardi 12 juin à Yamoussoukro où plus d’une vingtaine de participants composés d’experts du Ministère du Professeur Mariatou Koné, des ministères techniques, des acteurs de la société civile, des organisations de droits de l’homme et du Bureau régional de la Cour Pénal Internationale pour la Côte d’Ivoire réfléchissent à la question. Une initiative qui bénéfice de l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

En effet d’Avril à Octobre 2017, une équipe conjointe du Ministère en charge de l’indemnisation des victimes et du PNUD avait sillonné 19 régions de la Côte d’Ivoire où des consultations communautaires ont été organisées à l’intention des populations des localités visitées. Ces populations avaient elles-mêmes identifié leurs besoins susceptibles d’être pris en compte par la tutelle. Des propositions des populations, la construction d’usines ou d’unités de transformation en vue de réduire le chômage des jeunes, la construction d’écoles et de centres de santé, la réparation des routes étaient revenues avec insistance.

Selon Yao N’Da Ristide du Programme National de Cohésion Sociale (PNCS), l’un des initiateurs cet atelier, l’objectif visé est de faire un arbitrage des besoins communautaires collectés auprès des populations.

Ainsi, au cours des travaux, il sera question avec les participants de passer en revue tous les besoins communautaires par région, prioriser ces besoins avec des propositions de coût sur la base de critères objectifs et contextuels qui tiennent compte des réponses en matière de justice transitionnelle puis d’élaborer un plan de réparation selon des principes d’équité, de justice sociale et de solidarité.

Dr Naminata Touré Ouattara, Directrice de l’Assistance aux victimes, qui représentait la Ministre Mariatou Koné, s’est félicitée de cette activité : « La mise en œuvre des réparations communautaires qui se fera bientôt traduit clairement la volonté du Chef de l’Etat de soulager tous les enfants de Côte d’Ivoire sans aucune distinction et aussi de renforcer la cohésion sociale et la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire », a-t-elle déclaré.

Au terme des travaux, un document précis, qui servirait de boussole pour les réparations communautaires, devrait être soumis au Gouvernement.

Pour rappel, les consultations communautaires organisées sur l’ensemble du pays avaient été sanctionnées le 20 novembre dernier par un séminaire national de validation des données recueillies sur le terrain. Cette activité a été présidée par la Ministre Mariatou Koné et avait enregistré la participation du corps préfectoral, des ministères techniques, des associations de victimes, des organisations non gouvernementales nationales et internationales ainsi que des agences du Système des Nations Unies.



DA
Commentaires


Comment