Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

L’ACA et la Côte d’Ivoire accueillent un forum d’investisseurs internationaux sur les risques africains

Publié le mercredi 27 juin 2018  |  RCG West Africa
M.
© Autre presse par DR
M. George Otieno, Directeur Général de l’ACA


Des développements dans deux grands domaines – la hausse des niveaux de dette souveraine et les menaces grandissantes pour les structures multilatérales et de mondialisation du monde – devraient avoir des répercussions sur les perspectives du continent en 2018. Ces questions et plusieurs autres seront abordées lors de la 5e Table ronde des investisseurs sur les risques politiques et commerciaux de l’Afrique, de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA). L’évènement annuel qui se tiendra le 27 juin 2018 au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire réunit des experts des mondes de la finance, de l’assurance et des investissements lors d’une journée de discussions avec des Ministres des Finances de l’Afrique. Cet évènement est organisé en marge de l’Assemblée Générale Ordinaire de l’ACA qui, cette année, est commanditée par le Gouvernement de la Côte d’Ivoire.

Abidjan accueille cette année, la 5e Table ronde des investisseurs de l’ACA : l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique de l’Est francophones étant les deux régions qui alimentent actuellement la croissance de l’Afrique, selon le Dr Robert Besseling, d’EXX Africa (une société de veille commerciale), qui participe également à l’évènement.
La croissance des deux géants traditionnels, soit le Nigéria et l’Afrique du Sud, a ralenti ces dernières années en raison de l’affaissement des cours du pétrole (pour le Nigéria) et de scandales politiques (pour l’Afrique du Sud). On s’attend cependant à une reprise dans ces deux pays, étant donné l’amélioration des prix du pétrole et un nouveau leadership.

Pour que le continent puisse réaliser son programme de développement, il doit avoir accès à du financement. Les gouvernements africains ont historiquement éprouvé de la difficulté à mobiliser un financement à long terme adéquat assorti de taux d’intérêt raisonnables, pour deux raisons. Premièrement, le profil de risque de l’Afrique, qu’il soit justifié ou non, a empêché les investisseurs d’investir des fonds dans certains projets prioritaires des gouvernements. Deuxièmement, et plus important encore, les assureurs internationaux, auxquels s’adressent les bailleurs de fonds internationaux pour assurer leurs financements, avaient peu de capacité dans la région en raison de la notation ‘spéculative’ de la plupart des pays africains.

« Le risque en Afrique est aujourd’hui beaucoup moins élevé qu’il ne l’était il y a des dizaines d’années, mais les financiers internationaux perçoivent encore le risque du continent comme étant toujours élevé, et ne font pas de distinction entre les pays et les régions. C’est exactement le type de fausses idées que la Table ronde cherche à dissiper. L’Afrique est bien davantage qu’un gros titre annonçant une guerre civile. L’Afrique est un endroit sérieux où faire des affaires et le continent a accès à des solutions d’assurance de calibre mondial pour atténuer les risques qui s’y trouvent. C’est en fait, la raison d’être de l’ACA, » mentionne M. George Otieno, Directeur Général de l’ACA.

À l’origine, cet évènement exclusif se voulait une tribune où le secteur privé pouvait s’entretenir librement avec les gouvernements africains, sur les moyens d’améliorer leur contexte commercial afin d’attirer un plus grand nombre d’investisseurs. Depuis le début, la Table ronde a attiré des Chefs d’État et des Ministres des Finances du Bénin, de la RD du Congo, du Kenya, de la Zambie, du Zimbabwe, et les Ministres de la Côte d’Ivoire et de l’Ouganda devraient participer aux discussions, cette année.

« Cette année, nous avons des participants de très grand calibre : des gouvernements et des chefs de file mondiaux influents de la finance et de l’assurance. Et cela s’inscrit précisément dans le mandat de l’ACA d’attirer des investisseurs en Afrique, » a mentionné le Directeur de la Souscription de l’ACA, M. John Lentaigne.

La Côte d’Ivoire a été le deuxième pays de l’Afrique de l’Ouest à devenir membre de l’ACA en 2017, et l’ACA prévoit ouvrir des bureaux à Abidjan plus tard cette année.

L’ACA, un assureur-investissement et crédit multilatéral, a affiché des résultats record en 2017, pour la sixième année consécutive. Elle a en effet déclaré un bénéfice net de 10 millions d’USD, soit une hausse de 55 %, et des expositions brutes de 2,4 milliards d’USD.

************

Au sujet de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique
L’ACA a été créée en 2001 par les États africains dans le but de couvrir les risques de crédit et d’investissement liés à la conduite des affaires en Afrique. L’ACA fournit de l’Assurance Risques politiques, des Cautions, de l’Assurance-Crédit ainsi que de l’Assurance contre la violence politique, le terrorisme et le sabotage. Jusqu’en 2016, l’ACA a soutenu des échanges et des investissements d’une valeur de 35 milliards d’USD en Afrique, dans divers secteurs tels que l’agroalimentaire, l’énergie, les exportations, le logement, l’infrastructure, la fabrication, l’exploitation minière et les télécommunications. Depuis 2018, l’ACA maintient une notation ‘A/positive’ Standard & Poor’s au titre de la solidité financière et du crédit de contrepartie.
www.ati-aca.org
Commentaires


Comment