Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Exclusif / Menace d’attaque, le plan de Diakité Aboudou et de ses démobilisés déjoué

Publié le lundi 9 juillet 2018  |  Pôle Afrique
Prison
© Abidjan.net par EMMA
Prison civile d’Abidjan: Des prisonniers tentent de s’évader
04 mai 2012.Abidjan. Prison civile(MACA) Plusieurs prisonniers, se sont évadés de la prison civile d’Abidjan (maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, MACA), avant de se faire "tous" rattrapés par les forces publiques.


Ce lundi 9 juillet aurait pu être une journée noire relativement aux mouvements d’humeur prévus par des ex-combattants démobilisés commandés par Diakité Aboudou, pourtant incarcéré à la Maca (prison d’Abidjan).

Un vaste mouvement de blocage des corridors de sécurité, d’attaques des bureaux de préfectures, sous-préfectures et mairies, était planifié pour exécution ce lundi matin.

Il s’agissait pour Diakité Aboudou et ses camarades d’exiger, selon eux, le paiement de « leur droit à la prime ECOMOG et la libération de leurs camarades arrêtés et incarcérés à la suite des précédents mouvements des ex-combattants ».

La prime Ecomog a été reversée aux soldats des ex-FAFN incorporés au sein de l’armée régulière. C’était une de leurs exigences au cours des différentes mutineries de 2017. Les négociations avec le gouvernement en mai dernier avaient abouti au paiement d’arriérés de primes à plus de trois mille hommes.

Les démobilisés revendiquent eux aussi le droit à cette prime en reconnaissance de leur grade de Caporal.

Pour parer à toutes éventualités, le haut commandement sécuritaire est monté au créneau dès l’information reçue. Ce dimanche 8 juillet, à la préfecture de police de Korhogo, les gradés de l’armée, de la police et de la gendarmerie ont convoqué, pour une réunion, les responsables de la Cellule trente-neuf, structure reconnue de coordination et d’encadrement des ex-combattants ivoiriens. Les responsables de la Cellule trente-neuf ont indiqué aux autorités sécuritaires n’être « ni de près ni de loin mêlés aux activités déstabilisatrices des institutions de la République de Diakité Aboudou et de ses camarades ».
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment