Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Un proche de Soro Guillaume chez le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan

Publié le lundi 16 juillet 2018  |  Partis Politiques
Nouvelle
© Autre presse par DR
Nouvelle Constitution/ Soro Kanigui (RACI) appelle la classe politique à la responsabilité
La Côte d’Ivoire s’apprête à se doter d’une nouvelle Constitution par référendum. Saluée par les partisans du Président de la République, l’opposition ivoirienne n’en voit pas l’opportunité.


Le Président Affi a reçu en audience, ce dimanche 15 juillet, à la Riviera-M’Badon, le président du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), Soro Kanigui Mamadou, par ailleurs député de Sirasso.

Le président du RACI, a tenu à remercier et à exprimer sa gratitude au Fpi, à travers son président, pour la déclaration qu’il a produite après l’attaque qui a entraîné le décès de Soro Kognon, le samedi 7 juillet dernier, lors d’une cérémonie organisée à Korhogo par ce mouvement. Le Fpi a dans celle-ci traité cet acte d’“assaut barbare” et demandé aux autorités de tout mettre en œuvre afin que les auteurs subissent la rigueur de la loi.

“Nous avons cherché a rencontrer le président du FPI, l’honorable Affi N’Guessan, pour lui faire le point des évènements que vit le Raci dans le nord, notamment à Korhogo, puis recueillir ses conseils. Parce qu’il est clairement indiqué qu’à Korhogo c’est un harcèlement politique. Nous avons assisté à un crime politique" a-t-il expliqué.

Pour lui, le président Affi est une personnalité qui a une longue carrière politique et a vécu des situations plus difficiles que celles que son mouvement et lui traversent en ce moment.

“Je voudrais par votre canal lui dire merci pour l’ouverture avec laquelle il nous a reçus, sa convivialité, et espérer que la plupart des responsables politiques de la Côte d’Ivoire puissent être dans la même disposition d’esprit. Parce que c’est ce qui peut permettre à notre pays d’aller de l’avant”, a-t-il fait remarquer.

Pour terminer, il a affirmé avoir eu une fois de plus le soutien du président Affi qui lui a donné l’assurance de défendre les principes de paix et de liberté et qu’il se donne les moyens de suivre le développement judiciaire qui sera donné à cette affaire.


Sercom
Commentaires


Comment