Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

José Touré face à la presse

Publié le lundi 16 juillet 2018  |  Abidjan.net
José
© Autre presse par DR
José Touré face à la presse
Le mercredi 04 juillet 2018 s’est tenue une conférence de presse à Abidjan-Cocody organisée par l’ivoirien José Touré.


Le mercredi 04 juillet 2018 s’est tenue une conférence de presse à Abidjan-Cocody organisée par l’ivoirien José Touré.

Après 30ans d’expérience, le promoteur de festival a tenu au cours de cette entrevue, mettre à la lumière,son avis sur comment se comporte la musique ivoirienne, son actualité et ses perspectives au profit de la Côte d’Ivoire.

« La musique ivoirienne n’avance pas » déclare-t-il en pointant du doigt quelques problèmes constatés au sein des deux musiques tenant les rênes333 en Côte d’Ivoire : le zouglou et le couper-décaler.

José Touré dénonce particulièrement les coups de flèches qui s’envoient entre DJ et les autres car soutiendra-t-il que les jeunes s’éloignent du but principal de la musique.

« Le zouglou est la musique de chez nous mais il faut lui donner un coup de pouce ». Le détenteur du prix du meilleur promoteur africain décerné par la mairie de New York en 2007 a également dénoncé le dérapage musical du zouglou qui à l’origine révèle du terroir du pays profond qu’est la Côte d’Ivoire : « le zouglou est désormais rempli de sonorités tekno »

José Touré s’est également prononcé sur les problèmes que connaissent certains artistes en occurrence celui de DJ Arafat : « Il ne faut pas laisser tomber Arafat. Les autorités compétentes peuvent le punir au lieu de l’incarcérer sinon c’est le couper-décaler qui s’éteindra à petit feu ». Loin d’être d’accord avec les actes commis par Arafat, José Touré trouve que cela ne vaut pas la peine de l’enfermer car pour lui, Arafat tient tout de même les reines de ce mouvement et arrive malgré tout à hisser haut le drapeau de la Côte d’Ivoire musicalement parlant.

Rempli d’abnégation pour la réussite de leur carrière internationale, José Touré conseille aux artistes ivoiriens toute tendance confondue de jouer du LIVE et de chercher à relever tous les challenges qui s’offrent à eux avant de signifier qu’il est prêt à les soutenir pour atteindre le niveau international.

La musique ivoirienne n’est pas l’unique sujet qui tient au cœur de José Touré.

« Je veux créer des emplois et mettre mon carnet d’adresse au profit de la jeunesse d’Adjamé ». Le natif d’Adjamé a avoué avoir de nombreux projets pour la commune de son enfance sans toutefois cacher sa volonté à d’être candidat aux élections municipales de la commune d’Adjamé.

Membre d’un groupe apolitique dont la vision est de donner à Adjamé une autre facette, le chevalier dans l’ordre du mérite national de Côte d’Ivoire en 1998 a plusieurs fois insisté sur une nouvelle vision qu’il dit avoir et ses convictions d’aider les jeunes d’Adjamé à trouver de l’emploi et vivre dans une commune sécurisée. Pour José Touré, « l’émergence doit passer par Adjamé ».

Parti aux Etats Unis à l’âge de 17 ans, l’homme décida de se lancer dans le Marketing et le management. Cette formation lui a permis de piloter plusieurs grands spectacles et concerts avec des artistes de renommées internationales tels que Alpha Blondy, Tiken Jah Facoly, Nayanka Bell, Angélique Kidjo, Kodjo Antwy, Ziggy, Kymani et Julian Marley et bien d’autres.

En Afrique, principalement en Côte d’Ivoire, il coordonne plusieurs festivals parmi lesquels le MASE, les Afro Music, Abi Reggae, le FEUMUA.

DK
Commentaires


Comment