Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Situation des prisonniers militaires : Un exilé parle au président Alassane Ouattara

Publié le lundi 20 aout 2018  |  L'Héritage


Dans son adresse à la nation du 6 août 2018, le chef de l’Etat ivoirien a annoncé une amnistie pour la libération de tous les prisonniers politiques et l’annulation de tous les mandats d’arrêt. Cependant, il soutient que les militaires incarcérés ne bénéficieront pas de cette mesure car ayant commis des crimes de sang. Dans ce pays, Houphouët nous a appris qu’aucun sacrifice n’est trop grand pour la paix. Les ivoiriens dans leur ensemble sont fatigués de vivre la peur au ventre. Tous aspirent à vivre dans un climat sociopolitique apaisé, détendu où chacun mène ses activités dans la sérénité.

Il est vrai que cette annonce a donné assez de joie aux Ivoiriens qui veulent oublier cette sale crise postélectorale de 2010 et aller de l’avant main dans la main pour bâtir la nation ivoirienne fortement secouée. Les Ivoiriens sont fatigués, ils veulent la paix.

Libérez nos militaires Monsieur le Président pour la paix ! Libérez-les pour que la confiance revienne au sein de notre armée ! Libérez-les pour que ceux qui sont exil rentrent ! Comment les militaires exilés rentreront si ceux qui sont en prison au pays ne sont pas libérés ?
Depuis le stupide coup d’Etat de 1999 qui a mis fin à la réalisation du programme ambitieux « les 12 chantiers de l’éléphant d’Afrique » qui était de faire de la Côte d’Ivoire un pays développé en moins d’une génération, notre pays a accusé trop de retard. Regardons un tant soit peu les pays voisins, ils ont amorcé sérieusement leur développement loin du mensonge. N’ayez pas peur de la paix. Vous êtes le chef de l’Etat.

De fait, créez les conditions d’une paix durable en Côte d’Ivoire où on pourra faire des élections ouvertes à tous, libres et apaisées où le vaincu reconnaissant sa défaite ira féliciter le vainqueur comme on le voit dans les pays voisins. Que plus jamais on ne parle d’exilés dans notre pays ! Que les opposants ne soient pas inquiétés pour leurs opinions ou idéologies. Oui, c’est possible. C’est vous qui avez le volant, les Ivoiriens et le monde entier vous regardent.
Une contribution de Yao Kouamé Patrick, militant du PDCI-RDA en exil.

patrickyao1er@gmail.com
Commentaires


Comment