Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

Avant ses concerts à Abidjan, Héritier Watanabé : « les grands amoureux de la Rumba ne seront pas déçus »

Publié le lundi 20 aout 2018  |  Abidjan.net
Héritier
© Autre presse par DR
Héritier Watanabé, vedette de plus dans le livre d’or de la musique africaine


La nouvelle perle de la Rumba, Héritier Watanabé, de son vrai nom Héritier Bondongo Kabeya, sera en attraction sur les bords de la lagune Ebrié. Et ce, dans le cadre d’un double concert prévu respectivement le 7 septembre, au Palais des congrès du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, au cours d’un dîner-gala marquant les 15 ans de l’Intelligent d’Abidjan ; et le 8, au Palais de la Culture. À quelques jours de ce baptême du feu, la nouvelle coqueluche de la Rumba s’est prêtée via Internet à nos questions. Interview



Depuis des mois, vous êtes annoncé à coups d’encarts publicitaires, en Côte d’Ivoire pour ce double concert à la faveur de la célébration des 15 ans du journal l’Intelligent d’Abidjan. Comment préparez- vous ces deux spectacles?

Je me prépare bien et je sais qu’avec l’aide de Dieu tout se passera très bien. Mais on fera deux concerts différents dont le premier sera au cours d’un gala. Ce qui me fait penser que le public ne sera pas le même pour ces deux événements. Mais quoiqu’il en soit, on donnera le maximum pour satisfaire ceux qui viendront faire la fête avec nous.



N’avez-vous pas d’appréhensions relativement à votre prestation, quand on sait que les mélomanes ivoiriens, surtout les férus de Rumba, sont très exigeants?

Des inquiétudes bien sûr. Plus l’échéance approche, plus la pression monte. Et c’est ce qui me motive à bosser encore plus que d’habitude afin de préparer ces deux concerts dans de meilleures conditions. J’ai la ferme conviction que les grands amoureux de la Rumba ne seront pas déçus.



Après 17 ans passés au sein de Wenge Musica aux côtés de Werrasson, quels enseignements tirez-vous de la formation reçue au sein de cette «école»?

Il y a un adage chinois qui dit "petit poisson deviendra grand pourvu que Dieu lui prête vie". Sincèrement,Werrason a été d’un apport indéniable dans ma progression. C’est lui qui m’a aidé à développer mon talent et à m’épanouir. J’ai beaucoup appris à ses côtés notamment quand on était sur scène. En somme, l’enseignement que je tire de cette collaboration avec lui n’est que positif.


Après Fally Ipupa, le producteur multicarte ivoirien, David Monsoh, a porté son choix sur vous comme son nouveau poulain. Pensez-vous pouvoir remplacer dignement Fally Ipupa et assumer ce statut de nouvelle coqueluche de la Rumba ?

Le remplacer? (Rire), je ne pense pas car il a eu à faire ce qu’il a fait et moi je fais ce que je sais et ce que je peux. La Rumba, je la maîtrise très bien parce que j’ai grandi avec, donc je peux beaucoup apporter à cette musique. Mais en ce qui concerne mon positionnement, ce n’est plus de mon ressort, il y a des gens qui sont là pour ça. Ma musique parlera à ma place et les gens en jugeront d’eux-mêmes.


A quoi pourraient s’attendre les mélomanes ivoiriens pour les deux concerts notamment celui du gala du Sofitel hôtel ivoire et au Palais de la culture d’Abidjan ?

Le premier concert sera à 90% Rumba, car ça sera une soirée de gala, donc ça sera plutôt doux. Et le second concert sera plus spectaculaire car il sera question de danse avec de belles chorégraphies.



Quel message particulier avez- vous à lancer à vos fans, à votre producteur David Monsoh, au Directeur général (DG) de l’Intelligent, Alafé Wakili qui vous offrent ce challenge décliné comme un baptême du feu ?

Je dirai simplement un message de paix, d’amour car il faut que les Africains se soutiennent, s’aiment et s’entraident. J’ai vraiment besoin de leur soutien afin que ma musique monte encore et encore. Pour Monsieur Monsoh, comme je le dis souvent, on a encore un grand boulot à faire car je pense qu’on n’a pas encore atteint 40% de ce qu’on peut donner aux gens. Ensemble, on réalisera de grandes choses dans l’amour, la transparence et la sincérité. Et je suis reconnaissant pour tout ce qu’il est en train de m’apporter car il a cru en moi pendant que d’autres doutaient encore. Et pour le Directeur Général, Monsieur Alafé Wakili, qu’il soit béni car il m’a donné ce que certains Congolais désirent le plus, se produire en terre ivoirienne. Et que Dieu le bénisse encore et encore pour cette opportunité qu’il m’offre afin de prouver aux mélomanes ivoiriens de quoi je suis capable. Et à vous, merci pour le soutien indéfectible que vous apportez à ces deux événements.

A. A, une correspondance particulière



Héritier Watanabe - B.M en concert à Abidjan le 8 septembre 2018
Publié le: 9/8/2018  |  Autre Presse TV

Commentaires


Comment