Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Un séminaire international sur le courant continu à basse tension se tient à Bingerville

Publié le mercredi 12 septembre 2018  |  AIP


Bingerville - Un séminaire international sur le "courant continu à basse et courant continu à basse tension pour l'accès à l'électricité" se tient depuis ce mardi au Centre des métiers de l'électricité (CME) à Bingerville.

Il est initié par le Comité électronique de Côte d'Ivoire sous le parrainage de la Compagnie ivoirienne de l'électricité (CIE) et réunit jusqu'au vendredi des experts venus, entre autres, de l'Inde, de l'Afrique du Sud, de la Côte d'Ivoire, d'Angleterre, d'Espagne, de la Corée du Sud et de la France.

Ces experts sont issus du Comité des systèmes courant continu basse tension et courant continu basse tension pour l'accès à l'électricité (Syc LVDC).

Selon Claude Koutoua, président de la Commission africaine de normalisation électrotechnique (AFSEC) et Vimal Mahendru, représentant de la Commission électrotechnique internationale (IEC) et président de LVDC, l'objet de cette rencontre est de permettre aux différents pays notamment africains, de l'énergie de bonne qualité à moindre coût, qui respecte les normes internationales.

"Aujourd'hui se développe une nouvelle technologie où directement du courant continu on peut vous connecter directement. Ça permet d'améliorer le rendement global du système et d'avoir des équipements qui, à terme, seront nettement moins chers. C'est pour vraiment développer à l'accès l'énergie surtout en Afrique où il 600 millions", a déclaré M. Koutoua.

"Cette réunion a pour fonction de faire en sorte qu'il ait le développement des énergies efficaces. L'un des enjeux majeurs de cette nouvelle technologie est de pouvoir fournir le courant à des endroits très reculés où c'est vraiment difficile d'accéder à l'électricité. Déjà l'utilisation des panneaux solaires pour alimenter les différents appareils que nous avons à la maison peuvent permettre de produire de l'électricité durable", a renchérit M. Mahendru, soulignant que l'accès à l'électricité est un droit fondamental aujourd'hui pour tout un chacun et "ne pas fournir de l'électricité c'est renier ce droit à quelqu'un en ce 21e siècle".

Pour Yao Kouakou Lataille, directeur des méthodes à la CIE, les attentes de la Côte d'Ivoire sont grandes. Il s'agit d'être le leader dans la sous-région en matière énergétique.

Il a aussi ajouté que dans le cadre de ce séminaire, la CIE a demandé qu'une formation spécifique filmée soit donnée à certains de ses agents ainsi qu'à d'autres opérateurs en Côte d'Ivoire. Cette formation fera l'objet d'un module qui sera dispensé au CME.

Cette rencontre du Comité des systèmes courant continu basse tension et courant continu basse tension pour l'accès à l'électricité (Syc LVDC) à laquelle la Côte d'Ivoire a adhéré depuis mars 2018, est première du genre sur le sol ivoirien, selon Ahoussou Serges, président du Comité électrotechnique de Côte d'Ivoire (CELEC-CI).

Durant les quatre jours, les participants feront des travaux intenses de normalisation sur les équipements électrotechniques relatifs au courant basse tension et au courant direct jusqu'au jeudi, et le vendredi sera consacré à la Journée du CELEC-CI.

(AIP)

sn/fmo
Commentaires


Comment