Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Les membres des CDLPI de l’Indénié-Djuablin, de la Mé et du Moronou renforcent leurs capacités techniques

Publié le vendredi 14 septembre 2018  |  AIP


Abengourou - Les membres des comités départementaux de lutte contre les pesticides illégaux (CDLPI) des régions de l’Indénié-Djuablin, de la Mé et du Moronou ont pris part jeudi à Abengourou à un atelier de formation visant à renforcer leurs capacités techniques.

Il s’agissait de leur apporter les informations techniques nécessaires afin qu’ils accomplissent au mieux leurs missions consistant, entre autres, à assurer la diffusion de la réglementation sur les pesticides auprès des communautés, notamment, la population agricole et à sensibiliser celle-ci à l’utilisation responsable et sécurisée de ces produits phytosanitaires.

Au cours des travaux, les formateurs se sont donc attelés à rappeler aux participants les dispositions réglementaires en vigueur dans le secteur des pesticides en Côte d’Ivoire ainsi que les signes visibles de reconnaissance des pesticides homologués en Côte d’Ivoire figurant sur l’étiquette. Ils leur ont, également, présenté les conséquences négatives liées à la mauvaise utilisation de ces pesticides ainsi que les risques financiers et économiques pour le secteur agricole en particulier et l’économie nationale en général.

Le préfet de la région de l’Indénié-Djuablin et du département d’Abengourou, Fadi Ouattara, qui présidait cette session de formation, a, au nom de ses pairs présidents des CDLPI des régions de la Mé et du Moronou, pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour débarrasser leurs territoires des pesticides frauduleux par des actions de sensibilisation de proximité.

Il a, cependant, plaidé afin que les textes en vigueur sur les pesticides soient renforcés afin que les CDLPI puissent agir dans la légalité contre les auteurs du trafique illégal des ces produits phytosanitaires en provenance des pays voisins, notamment, le Ghana. Plus de 90% des pesticides illégaux en Côte d’Ivoire passent par la frontières Est du pays, notamment, le poste frontalier de Takikro, révèle-t-on.

(AIP)

rkk
Commentaires


Comment