Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Politique Nationale – Amadou Gon Coulibaly donne des nouvelles, menaces de troubles: ” nous ne l’accepterons pas, Simone Gbagbo n’ira pas à la CPI”

Publié le lundi 17 septembre 2018  |  Pôle Afrique
Conférence
© Primature par DR
Conférence du 1er ministre Amadou Gon Coulibaly
Abidjan le 17 septembre 2018. Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a animé ce lundi une conférence de presse.


Dans un dialogue direct avec la presse ce lundi 17 septembre à la primature, le chef du gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly a fait des clarifications sur des questions qui font l’actualité de son pays. Les brouilles nées au RHDP la coalition au pouvoir, la réforme exigée de la CEI, le dernier rapport de l’Union Européenne ainsi que le sort de Simone Gbagbo libérée il y a peu suite à l’amnistie du 6 août dernier et réclamée par la CPI, sont les sujets évoqués.

« la réforme de la CEI après les élections locales »
L’ordonnance d’amnistie et de révision de la CEI est un « geste de haute responsabilité qui vise sans contexte à accélérer le processus de réconciliation nationale, consolider la paix et à construire une nation ivoirienne plus forte » soutient Amadou Gon Coulibaly devant la presse nationale et internationale ce jour à la Primature. Il regrette cependant que cette mesure ne soit pas appréciée comme telle par tous, et trouve inacceptable les appels à une réforme immédiate de cette institution sans préciser que la modification interviendra après les élections locales.

« Je voudrais clarifier ici et rappeler à tous, que l’engagement pris par le Président de la République dans son message du 6 août 2018 est de réformer la composition de la CEI pour les élections présidentielles de 2020. Ainsi, après le prochain scrutin municipal et régional qui se tiendra le 13 octobre 2018 comme décidé lors du conseil des ministres du 18 juillet 2018, le gouvernement engagera des consultations avec la classe politique sur cette question… Il est donc, vous le comprendrez incompréhensible et inacceptable que certains veuillent troubler la quiétude des ivoiriens. Et je dois dire que nous ne l’accepterons pas », clarifie-t-il.

S’agissant du RHDP, Amadou Gon Coulibaly est revenu sur le parcours fait par cette coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire. Il a rappelé que tous les partis membres y compris le PDCI ont pris part à des actions communes posées jusque-là qui ont abouti aux premiers signes de naissance du parti unifié RHDP. Pour lui, les bisbilles nées récemment ne doivent pas être un obstacle à l’atteinte de l’objectif fixé à l’origine par les signataires de la coalition. « La place du PDCI est bel et bien dans le RHDP… qu’on ait des écueils en cours de route, cela peut se comprendre, mais cela ne doit pas nous détourner les uns et les autres des objectifs que nous nous sommes fixés depuis le début », soutient Amadou Gon Couliblay.

De la Couverture maladie universelle, il en a été aussi question. Ici le Premier ministre reconnait un retard. « On a un retard, il faut le reconnaître », fait-il savoir, avant de préciser qu’à ce jour il n’a été fait qu’un projet pilote qui a vu s’enrôler au frais de l’Etat 150 000 étudiants. Lesquels étudiants dit-il, bénéficient des prestations de la couverture maladie universelle.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment