Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

International

Les violations des droits de l’homme en RDC ont fortement augmenté selon les Nations Unies

Publié le vendredi 21 septembre 2018  |  AIP


Abidjan- A quelques mois des élections présidentielles prévues le 23 décembre 2018, la République démocratique du Congo (RDC) a connu une augmentation importante des violations des droits de l’homme, a indiqué à Kinshasa le Directeur du Bureau conjoint des Nations unies et représentant du Haut-commissaire des droits de l’homme (BCNUDH), Abdoul Aziz Thioye.

« Ce qu’il faut retenir pour ce mois d’août 2018, c’est l’augmentation générale du nombre de violations des droits de l’homme. Le Bureau conjoint a documenté 620 violations des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire, soit une hausse par rapport à juillet 2018, où nous avons enregistrés 515 violations des droits de l’homme », a détaillé Abdoul Aziz Thioye, dans une publication sur le site des Nations Unies.

Selon le chef du BCNUDH , le nombre d’agents de l’Etat, des forces armées (FARDC) et de la police nationale responsables des violations des droits de l’homme a quasiment doublé pendant le mois d’août et dépasse celui des groupes armés, au cours de la même période.

« Le nombre de violations commises par les agents de l’Etat en août 2018 a presque doublé par rapport à juillet et ils sont responsables de près de 66% des violations documentées à travers le pays. Une baisse du nombre de cas d’atteintes attribuables aux groupes armés, responsables des 34% restants, a été documentée », a ajouté M. Thioye.

Le Bureau conjoint, précise-t-on, a apporté son appui aux juridictions civiles et militaires en août dans le cadre de la lutte contre l’impunité. Ainsi, au moins 29 militaires et 13 policiers ont été condamnés pour des faits constitutifs de violations des droits de l’homme.

Dans le cadre de son programme de protection, le BCNUDH a traité 20 cas de menaces et violations des droits de l’homme à l’encontre de 40 personnes, dont cinq femmes, parmi lesquelles 29 défenseurs des droits de l’homme, 10 victimes de violations et un journaliste, sur l’ensemble du territoire de la RDC.
Commentaires


Comment