Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Commune de M’Bengué/Soro Mamadou: `Je reste un fils disponible pour le développement de M’Bengué et faire en sorte que la cohésion sociale se pérennise`

Publié le vendredi 28 septembre 2018  |  Partis Politiques
Region:
© Autre presse par DR
Region: Soro Mamadou, Maire de la commune de M`bengué
Soro Mamadou Maire de la commune de M’Bengué en interview


Après le refus de sa candidature par le parti, le Maire Soro Mamadou fervent militant du RDR, a décidé pour les élections municipales d’octobre 2018 de ne pas se présenter en tant que candidat indépendant. Dans cette interview, il donne sans faux-fuyant, les raisons de son choix.
Après un brillant mandat à la tête du Conseil municipal de M’Bengué, vous aviez espéré rempiler aux prochaines élections municipales sous la bannière de votre parti le RDR, lequel malheureusement n’a pas donné de suite favorable à votre requête. Qu’est-ce qui n’a pas marché ?
Je voudrais, avant tout propos, remercier la direction de mon parti pour l’opportunité qu’elle nous a donnée de pouvoir postuler pour son parrainage dans le cadre des élections municipales d’octobre 2018. Malheureusement, après avoir déposé mon dossier, le parti n’a pas retenu ma candidature. En dépit de mon optimisme et pour des raisons que j’ignore encore à ce jour, il a porté son choix sur quelqu’un d’autre. J’en ai bien pris acte et j’ai décidé en tant que militant discipliné, de me conformer à cette décision qui relève en définitive du pouvoir discrétionnaire des instances dirigeantes de notre parti.
Après ce refus du RDR de vous parrainer, alors que selon certaines indiscrétions vous auriez le soutien des chefs traditionnels et d’une grande partie de la population, vous avez décidé in extremis de ne pas aller en candidat indépendant. Qu’est ce qui explique ce choix ?

Effectivement, j’ai le soutien de la population. Je pense qu’en son temps, la population a manifesté le désir de me voir rempiler à la mairie eu égard au bilan que le Conseil municipal et moi-même avons présenté. Je pense que ce désir a été relayé jusqu’en haut lieu au niveau de la direction. Malheureusement, la direction a décidé de ne pas suivre ou de ne pas donner de suite favorable à ce soutien. Je ne me l’explique pas mais je retiens que la direction quoiqu’on dise reste souveraine dans ses prises de décisions. Bien que me sentant animé d’une certaine frustration, j’en ai pris acte. Et en tant que Maire, je pense que je n’ai pas démérité. Sans fausse modestie, j’ai la ferme et entière conviction que tout le monde se rappellera que je n’ai pas fait piètre figure à la tête du Conseil municipal de M’Bengué. Pour preuve, j’ai été distingué comme étant le meilleur Maire de l’intérieur par l’Association des Journalistes et Communicateurs pour l’Emergence (AJCEM) qui est à mon avis une structure sérieuse puisque je n’ai pas été le seul à être distingué. Car il y avait plusieurs récipiendaires et non des moindres, entre autres le Président de la République, le Roi du Maroc, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine, le Ministre Aka Aoulé Eugène en sa qualité de président du conseil régional du Sud Comoé, etc. Au-delà de cette structure, les réalisations sont palpables à M’Bengué. Si le parti a décidé de faire fi de ces résultats, je n’en connais pas les motivations profondes dans la mesure où aucune explication ne m’a été donnée. Néanmoins, je considère que les intérêts du RDR que j’ai eu l’honneur de servir ces dernières années pour le bonheur de nos populations, sont à privilégier en pareilles circonstances. J’ai donc décidé de m’aligner sur la décision de mon parti. La population n’était pas du tout contente. Elle a voulu que j’outrepasse cette décision pour aller aux élections sous une bannière indépendante. Je pense qu’à un moment donné il faut savoir s’arrêter. Candidat indépendant en 2013, encore indépendant 2018, c’était vraiment faisable, mais se réclamant d’un parti il faut savoir respecter le choix de ce dernier. Je ne veux pas exposer ma population, surtout la jeunesse. Les élections municipales en 2013 ont été émaillées par la violence. Les mêmes conditions sont en train de se préparer en 2018. Je ne veux pas qu’au sortir de cette élection, il y ait des affrontements entre les jeunes et qui feront des morts et des blessés. Je l’aurai sur la conscience. Et j’ai essayé de convaincre mes parents en leur disant qu’on peut toujours servir à tous les postes. Le fait que je ne sois plus Maire ne veut pas forcement dire que je ne serai plus à la disposition des populations de M’Bengué.

Pouvez-vous nous rappeler ce qui s’est réellement passé en 2013 ?

Souffrez que je précise qu’en réalité le parti ne s’était pas prononcé sur ma candidature. En son temps, le parti avait laissé les consignes selon lesquelles tous ceux qui voulaient être candidats devaient remettre leurs dossiers aux secrétaires départementaux. Après m’être conformé à ses consignes, j’ai constaté que mes dossiers ne sont jamais parvenus à la direction du parti. Autrement dit, le parti n’avait pas en face de lui deux candidatures sur lesquelles il aurait eu à se prononcer. C’est à l’ouverture du dépôt des dossiers à la CEI que je me suis rendu compte que mon dossier n’avait pas été traité. Toutefois, si le parti avait véritablement statué sur mon dossier, quelle qu’en fût la nature de sa décision, je m’y serais conformé.
Il faut dire que par la suite des tentatives individuelles d’obtenir l’annulation de ma candidature ont échoué, eu égard à la façon dont elles ont été menées et la tournure qu’ont pris les évènements. En effet, j’ai été pris dans étau : d’une part la population attendait que je me présentasse mordicus à ces élections tandis que d’autre part, l’on voulait obtenir mon retrait forcé par tous les moyens.
J’ai dû écouter la voix du peuple.
Bref ! Sachez que je suis allé en indépendant à mon corps défendant sans avoir vraiment eu l’intention d’aller contre mon parti. En ce qui me concerne, ce n’était pas une désobéissance. Cette année au contraire, le parti a défini une position claire pour laquelle je n’ai d’autre alternative que de m’y conformer, au nom de la discipline.
En 2013, certaines personnes ont usé de violence gratuite contre mes partisans sous le fallacieux prétexte que j’étais candidat indépendant. Mais moi je demeure entièrement convaincu que si nous voulons travailler pour développer notre région, ce ne sera pas dans la violence. C’est en cela que je me suis retiré pour laisser la place à ceux qui pensent être en mesure de faire mieux pour nos populations. Je leur souhaite de réussir, parce qu’en définitive, seul importe le bien-être de nos parents, principal motif de mon engagement au RDR.

Votre choix n’aura-t-il pas d’impact sur votre carrière politique à M’Bengué ? Je veux parler de vos relations avec les populations et les têtes couronnées ?

J’étais en de très bons termes avec la population avant d’être Maire en 2013. Je puis me permettre de dire sans prétention aucune, que c’est ce qui m’a valu d’être le Maire de la Commune de M’Bengué. Ce choix ne saurait entamer mes relations avec les populations de M’Bengué car comme je le disais tantôt, on peut toujours servir chez soi sans être forcement un élu. Je ne pense pas que le fait que je me suis retiré puisse rendre brumeuse l’atmosphère entre la population et moi. Eu égard à leur volonté de me voir encore à la tête du Conseil municipal brisé subitement, les populations sont manifestement meurtries. J’ai eu l’occasion de le constater avec amertume lors de mon dernier voyage à M’Bengué. Les gens sont tristes et certains estiment qu’il faut y aller coûte que coûte. Sans vouloir les décevoir, ce n’est vraiment pas ma vision car je ne voudrais pas encore réveiller les démons de la division ou servir de prétexte à certaines personnes pour mettre en mal ou en déliquescence la cohésion sociale à M’Bengué. Il y en a qui malheureusement attendent pareille occasion pour semer par tous les moyens, tristesse et désolation à M’Bengué. Eh bien ! Cela ne passera pas par moi.

En tant que militant RDR, êtes-vous prêt à accompagner votre adversaire politique qui est de la même obédience politique que vous ?

Je reste un fils disponible pour le développement de M’Bengué et faire en sorte que la cohésion sociale se pérennise. Je reste également un militant du RDR disponible et engagé pour son parti.

Votre contribution au développement de la Commune de M’Bengué vous a valu le prix AJCEM du meilleur Maire de l’intérieur. Cette absence momentanée de la scène politique à M’Bengué sonne-t-il le glas de vos actions en faveur de la commune et de vos populations ?

Le développement de M’Bengué ou ma contribution à son développement est pour moi le plus grands des challenges. Pour y parvenir, je n’ai pas nécessairement besoin que les populations m’accordent leurs suffrages. Mes actions en faveur de l’essor social de mes parents, ne sont pas négociables. Après la fin de mon mandat à la tête du Conseil Municipal, tant que j’aurai des opportunités qui puissent me permettre de contribuer au bien-être des populations de M’Bengué, il n’y a pas de raison que je ne les saisisse pas. Souffrez que je précise qu’être Maire ce n’est pas faire forcement de la politique. En effet, le Maire est responsable de la planification du développement de son territoire. Le projet de société avec les moyens définis pour son exécution, est intégré dans le programme triennal de développement qui constitue le plan d’orientation stratégique de la commune. Politiquement, je reste toujours militant du RDR prêt à exécuter toutes les missions qui me seront confiées. Donc je ne pense pas que ne pas postuler pour la mairie puisse sonner le glas de mes actions en faveur du développement de M’Bengué et encore moins celui de mon militantisme au RDR.

Pour les élections d’octobre 2018 prochain, quel appel pouvez-vous lancer à vos populations ?
Je voudrais demander à mes populations et aux hommes politiques de penser à l’intérêt supérieur de la Commune de M’Bengué en faisant en sorte que ces élections se passent dans la paix et dans le strict respect de la cohésion sociale.
Commentaires


Comment