Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Cap sur l’industrialisation : la BICICI prête à jouer sa partition

Publié le lundi 1 octobre 2018  |  BICICI
Cap
© Autre presse par DR
Cap sur l’industrialisation : la BICICI prête à jouer sa partition
Créée en 2012 par la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire, la CGECI Academy est aujourd’hui la principale plate-forme d’échanges permettant aux quatre grandes catégories d’entrepreneurs (Agri-Business, Industrie, TIC et Services) de trouver des réponses efficaces aux défis de leur secteur.


Créée en 2012 par la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire, la CGECI Academy est aujourd’hui la principale plate-forme d’échanges permettant aux quatre grandes catégories d’entrepreneurs (Agri-Business, Industrie, TIC et Services) de trouver des réponses efficaces aux défis de leur secteur.

Pour 2018, l’objectif était de mener la réflexion sur les actions à mettre en œuvre, en vue de la transformation structurelle de l’économie via l’industrialisation, pour une croissance durable et inclusive, d’où le thème : « Cap sur l’industrialisation : un défi pour tous ».

Cette édition s’est déroulée les 25 et 26 Septembre derniers au SOFITEL ABIDJAN HOTEL IVOIRE, présidée par SEM Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire, témoignant ainsi de l’importance du sujet.

Au cours de l’après-midi de la première journée, M. Jean-Louis MENANN-KOUAME, Directeur Général de la BICICI a participé au panel : « Entreprenariat dans le secteur industriel : comment le développer en Côte d’Ivoire ? »

Il a donné des conseils avisés et des indications sur les différents risques auxquels le banquier est attentif dans l’étude d’un dossier de financement. « Tout entrepreneur ayant préparé convenablement son projet, avec en plus, une maitrise de son activité, est sûr d’avoir en face de lui un banquier prêt à l’accompagner. Il y a quelque chose qui manque aux entrepreneurs et promoteurs industriels ivoiriens : ouvrir leurs idées à d’autres. Ouvrir son idée c’est trouver quelqu’un qui va partager avec vous, le risque ; c’est avoir un partenaire technique solide », a-t-il martelé.

Dans un rôle de coach pour la circonstance, il a également sensibilisé les entrepreneurs présents sur l’importance d’une gestion rigoureuse ainsi que sur le respect des engagements pris.
Commentaires


Comment