Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Diaspora
Article
Diaspora

La diaspora burkinabé en Côte d’Ivoire crée un haut conseil du dialogue social

Publié le lundi 8 octobre 2018  |  AIP


Yamoussoukro- Un haut conseil du dialogue social de la diaspora burkinabé en Côte d'Ivoire (HCDS-DBCI) a été créé, samedi, à Yamoussoukro pour promouvoir le vivre ensemble.

"Ce nouvel instrument, qui vient d'être créé, va faire la promotion d’une cohabitation sans heurts au sein de la communauté Burkinabé et avec les Ivoiriens pour une intégration réussie", a expliqué le président du HCDS-DBCI, Pierre Claver Sompougdou, soulignant que le HCDS-DBCI lors de la présentation officielle de cette organisation "apolitique" à la place CEDEAO de Yamoussoukro.

Son rôle sera de contribuer à la résolution des problèmes en cas de litige entre les ressortissants burkinabé et les autorités ivoiriennes, amener la communauté burkinabé à respecter les lois de la Côte d’Ivoire, leur pays d'accueil, en vue de faciliter l’intégration prônée par les deux pays, a-t-il ajouté, non sans exhorter ses compatriotes à utiliser partout en Côte d’Ivoire le dialogue social qui est "une arme puissante pour la stabilité d'une société".

Pour y parvenir, Pierre Sompougdou mise sur la sensibilisation des membres de sa communauté sur leurs droits et devoirs.

"Nous devons travailler à raffermir l'amitié ivoiro-burkinabé. Ne rentrons pas dans les considérations politiciennes", a conseillé le responsable du Haut conseil des burkinabé de Côte d'Ivoire, Rouamba Issa. Le responsable de la communauté CEDEAO de Yamoussoukro, Sanou Moussa, a pour sa part encouragé la diaspora burkinabé en Côte d’Ivoire à cultiver les comportements qui facilitent une intégration réussie.

Une très forte communauté burkinabé vit en Côte d'Ivoire depuis des lustres, où elle s'adonne à diverses activités dont l'agriculture. La Côte et le Burkina Faso entretiennent de très bons rapports de voisinage renforcés par un traité d'amitié et de coopération (TAC), note-t-on.


nam/ask
Commentaires


Comment