Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

La Journée mondiale des enseignants célébrée à Niakara sur fond de déficit en personnel et infrastructures

Publié le lundi 8 octobre 2018  |  AIP


Niakara- La Journée mondiale des enseignants (JME) de 2018 a été célébrée, vendredi, à Niakara, en présence des autorités administratives et des responsables du système éducatif du département et de la région du Hambol (Katiola) sur fond de déficit en personnel et en infrastructures d'éducation, a relevé l'AIP.

En marge de cette célébration festive des partenaires ont évoqué, dans un entretien avec l'AIP, les difficultés qui minent le système local , à savoir des besoins énormes en personnel enseignant et en infrastructures.

La JME, instituée par l'UNESCO depuis 1994, avec pour thème, "Le droit à l'éducation, c'est aussi le droit à un personnel enseignant qualifié". Elle a permis aux acteurs locaux du système éducatif, notamment ceux du primaire, d'exprimer leur fierté quant à "l'accomplissement de leur sacerdoce" en dépit des difficultés.En outre, ceux-ci ont pris le ferme engagement de porter le taux de réussite, du CP1 à l'examen du CEPE, à 100 %.

Cependant, pour de nombreux parents d'élèves, le secteur éducation-formation dans la région du Hambol (Katiola) en général, et particulièrement dans le département de Niakara, est fortement miné par le déficit criant d'enseignants et d'infrastructures d'accueil avec pour effet induit, des effectifs pléthoriques dans les salles de classe et ce, dans le secondaire notamment.

"L'insuffisance de salles de classe, aggravée par le déficit de professeurs au lycée municipal Henri Konan Bédié de Niakara, fait que les effectifs par classe oscillent entre 80 et 100 élèves, avec des apprenants assis parfois à trois par table-banc. Cette réalité grève forcément la qualité de l'enseignement", a souligné le président du Comité de gestion (COGES) dudit lycée, Klinnang Koné, ajoutant que cela affecte l'ardeur des enseignants, même celle de ceux dits "qualifiés".

En effet, les COGES des trois établissements scolaires publics du secondaire du département de Niakara, à savoir le collège moderne de Tortiya et les lycées de Tafiré et de Niakara, ont annuellement recours au recrutement local de nombreux enseignants volontaires pour combler le déficit.

Une situation qui, relativement à la JME, ternit localement le thème de la célébration 2018, déplore-t-on.


jbm /fmo
Commentaires


Comment