Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Cavally-Ouloto : « Dites à mon grand frère Gnonkonté de venir travailler à mes côtés »

Publié le jeudi 11 octobre 2018  |  Afrikipresse
Bloléquin
© Partis Politiques par DR
Bloléquin – Les Parents de Dagobert Banzio à la Candidate Anne Ouloto ‘’Maman Développement, nous voterons pour toi’’
Du mardi 2 au jeudi 4 octobre 2018, la caravane du Ministre Anne Désirée Ouloto, la Candidate RHDP aux régionales du Cavally, a sillonné les hameaux et sous-préfectures du Département de Bloléquin.


Présente depuis mardi 9 octobre 2018 dans le département de Taï où elle a animé un meeting tard dans la ville, Anne Désirée Ouloto devait visiter en 48 heures l’ensemble des villages du département avant de regagner Guiglo autour de 5h, le jeudi 11 octobre 2018, pour les derniers instants de la campagne.

C’est par les villages du canton Oubi sur l’axe Taï-Tabou qu’a démarré la campagne de proximité de la candidate Anne Désirée Ouloto. À peine le long cortège a-t-il fait 5 km qu’il est bloqué du fait de l’état de la route. « Je suis meurtrie quand je vois tout cela. On ne peut pas être cadre et de surcroît DG de la route et laisser ses parents dans un tel état » a déploré Anne Ouloto. Après 2heures de patience avec l’aide de deux Caterpillar commis pour dégager la voie boueuse, le cortège peut continuer son chemin et atteindre Sakré, le village du candidat indépendant aux régionales dans le Cavally, Gnonkonté Désiré.

Alors que le premier meeting dans la zone est attendu dans le village voisin, Ziriglo, c’est une foule de jeunes qui quittent Sakré pour y escorter la candidate Anne Désirée Ouloto. Sur place, des pagnes sont dressés sur le passage de celle que tout le monde appelle déjà « la présidente », avec plus de 5 villages mobilisés : Ziriglo, Sakré, Nigré, Siéblo Oula et Para.

Femmes, jeunes et enfants acquis à la cause de l’homme d’affaires , Hyppolite Bayala, candidat à la mairie de Taï et Anne Ouloto, sont présents . « C’est toi qu’on connaît et c’est toi qui peut nous délivrer. Maman Anne Ouloto vient à notre secours. Nos bananes, café et cacao pourrissent en brousse. Nous n’existons pas pour le reste de la Côte d’Ivoire. On est coupé de tout. Pas de courant, pas de réseau téléphonique, pas de route » ont plaidé des femmes du canton Oubi.
... suite de l'article sur Afrikipresse

Commentaires


Comment