Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Un total de 30 000 éléments déployés pour la sécurisation des élections locales 2018

Publié le samedi 13 octobre 2018  |  AIP
La
© AFP par SIA KAMBOU
La Côte d’Ivoire envoie 150 hommes à la force de l’ONU au Mali
Mercredi 3 mai 2017. L`armée ivoirienne va envoyer pour la première fois une "unité combattante" de 150 soldats au Mali, qui rejoindra la force de l`ONU à Tombouctou (nord), a annoncé le général Touré Sékou, chef d`état-major des armées.


Les Forces Armées et de Sécurité, « en tandem », ont déployé un total de 30 000 éléments pour sécuriser les élections régionales et municipales couplées qui se tiennent ce samedi, a annoncé le chef d'Etat-major général des armées, le général de Corps d'Armée Touré Sékou, assurant de l’engagement de ses éléments à tenir leur rôle pour garantir aux populations un vote dans la quiétude.

Cet ensemble composé de 12000 policiers, 12000 gendarmes et de 6000 éléments des Forces armées de Côte d’Ivoire (FRCI) a été mobilisé dans le cadre dune opération baptisée « Tandem électoral 2018», déclinée par les grands Commandements ivoiriens, à la demande de la Commission électorale indépendante (CEI), pour sécuriser l’ensemble du processus électoral.

L’opération, mise en œuvre sur toute l’étendue du territoire national, tient en deux phases. La 1ère consistant en la sécurisation de la campagne (achevée jeudi) et la seconde en la sécurisation du scrutin. Lancé le 18 septembre, « Tandem électoral 2018 » prendra fin le 15 octobre.

« L’objectif est de procurer la sécurité aux populations, aux électeurs, aux membres de la CEI et aux candidats, avant, pendant et après le vote. De façon spécifique, il s’agit de sécuriser la campagne, les lieux de vote et les installations de la CEI lors de la proclamation des résultats », a expliqué le chef d'Etat-major général des armées, lors d’une conférence de presse qu’il a animée vendredi.

De façon pratique, l’opération a consisté pour la 1ère phase notamment en une présence physique sur les lieux de meeting, la gestion des foules pendant les manifestations.

Pour les autres aspects, des patrouilles en véhicules et à pied seront présentes dans les villes et sur les grands axes routiers. Des éléments seront présents dans les lieux de votes et sur les emprises de la CEI. Les zones à risque seront bouclées et la sécurité sera renforcée sur les points sensibles et aux frontières.

« Les hommes chargés de la mettre en œuvre sont déterminés et ont le moral haut », a rassuré le général de Corps d'Armée Touré Sékou, avant d’appeler les populations à se conformer aux mesures aux mesures sécuritaires traditionnelles en matière notamment de circulation routière et de comportement sur la voie publique.

Le chef d'Etat-major général des armées (CEMAG), lors de sa conférence de presse, avait à ses côtés le chef d'Etat-major particulier du président de la République, le Général de Division, Diomandé Vagondo, le Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le général de Division Kouakou Nicolas et le directeur général de la Police national, le contrôleur général Youssouf Kouyaté.

Leur présence, selon le CEMAG, était le reflet du caractère conjoint de l’opération « Tandem électoral 2018».

(AIP)

kg/cmas
Commentaires


Comment