Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Interview/ Koné Adama, ministre de l’économie et des finances : « Ce que l’inclusion financière rapporte à l’Etat de Côte d’Ivoire »

Publié le samedi 20 octobre 2018  |  Abidjan.net
Koné
© Autre presse par DR
Koné Adama, ministre de l’économie et des finances


Le gouvernement a adopté au cours du conseil des ministres du 30 mai 2018, un décret portant création de l’Agence de Promotion de l’Inclusion Financière (APIF . le ministre de l’économie et des finances, Adama Koné explique dans cet entretien les enjeux de la mise en place de ladite Agence.

Pouvez-vous nous présenter la situation de l’inclusion financière en Côte d’Ivoire ?

Il convient d’abord de définir l'inclusion financière comme étant la possibilité offerte à un individu d’accéder et utiliser des services financiers formels de base. En d’autres termes, une personne physique ou morale est dite incluse financièrement lorsqu'elle a un compte dans une banque, une institution de microfinance ou auprès d’un Opérateur de Téléphonie Mobile (OTM), lui donnant la possibilité de souscrire à un produit d’épargne ou d’assurance, contracter un prêt, de recourir à des services bancaires tels que l'obtention d'une carte de crédit ou à l'utilisation d'un téléphone mobile pour réaliser ses paiements ou recevoir de l’argent, etc.

L’état des lieux de l’inclusion financière montre que la majorité de la population vivant en Côte d’Ivoire n’a pas accès aux services financiers formels. En effet, les résultats d’une récente étude réalisée en 2017 par le Groupe Consultatif d’Assistance aux Pauvres (CGAP), révèlent que 55% de la population n’a jamais utilisé un quelconque service financier formel. Cette catégorie est en majorité composée de femmes et de personnes vivant en milieu rural. En outre, selon les dernières statistiques de la BCEAO au titre de l’année 2016, le taux de bancarisation se situe à 19,7% tandis que le taux de pénétration de la microfinance est de 10,0%

En considérant toutes les natures de comptes (banques, microfinances, OTM), l’inclusion financière en Côte d’Ivoire a connu quelques progrès ces dernières années, passant de 34% en 2014 à 41% en 2017. Notons cependant que cette évolution est due principalement au taux de pénétration des services financiers mobiles qui a connu un bond significatif, passant de 24% en 2014 à 34% en 2017.



Le Gouvernement a adopté au cours du Conseil des Ministres du 30 mai 2018, un décret portant création de l’Agence de Promotion de l’Inclusion Financière (APIF). Pouvez-vous nous présenter cette agence ?



L’APIF est une agence d’exécution placée sous la tutelle technique du Ministère de l’Economie et des Finances ayant pour mission de coordonner, en liaison avec les principaux acteurs, les actions et initiatives visant à assurer la promotion de l’inclusion financière.

L’APIF comporte deux organes : le Conseil de Surveillance et la Direction.



A quoi répond la mise en place de cette nouvelle agence ?



La création de l’APIF vient pallier les insuffisances relevées au niveau du cadre institutionnel de mise en œuvre et de suivi-évaluation des actions visant à faciliter l’accès des populations aux services financiers.

En effet, la mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’ Inclusion Financière 2013-2017 a permis de réaliser plusieurs actions dont notamment l’assainissement du secteur de la microfinance. Cependant, compte tenu de l’inexistence d’une structure de coordination, l’efficacité attendue de ces actions a été limitée et l’évaluation de leur impact a été rendue difficile.

Ainsi, conformément aux missions qui lui sont dévolues, l’APIF coordonne l’élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière (SNIF 2019-2024), dont l’objectif est de définir les actions prioritaires à mettre en œuvre en vue d’améliorer de façon significative le taux d’inclusion financière. Les axes de la SNIF 2019-2024 ainsi que les objectifs correspondants ont d’ailleurs été définis lors d’un atelier de cadrage organisé les 26 et 27 juillet derniers avec l’ensemble des parties prenantes et des partenaires techniques et financiers.

A la différence de la précédente stratégie, la SNIF 2019-2024, dispose à travers l’APIF d’un cadre de suivi-évaluation qui permettra de mesurer l’impact des actions sur l’inclusion financière des populations.



Qu'est ce qui a motivé le Gouvernement à mettre en place cette agence ?



Plusieurs études réalisées par des institutions financières internationales ont révélé qu’il y a une corrélation entre la croissance économique, l’inclusion financière et la réduction de la pauvreté.

Le Gouvernement fidèle à sa politique de réduction de la pauvreté, a pris des mesures au nombre desquelles la mise en place d’un cadre de coordination des actions permettant d’adapter l’offre à la demande de services financiers.

En mettant en place l’APIF, le Gouvernement entend rendre la croissance économique plus inclusive en facilitant l’accès des populations à une gamme diversifiée de services financiers à travers les banques, les microfinances, les assurances et les opérateurs de téléphonie mobile.



Quelle plus-value apportera l'APIF sachant qu'il existe des structures œuvrant dans le domaine de l'inclusion financière?

L’APIF est désormais la porte d’entrée de toutes les activités de promotion de l’inclusion financière initiées aussi bien par les acteurs de l’administration publique que par ceux du secteur privé. Ainsi l’avènement de l’APIF permettra de remédier au manque de cohérence des activités diverses menées en matière d’inclusion financière. Avec la création de cette agence, toutes les actions et initiatives relatives à l’inclusion financière seront désormais mieux coordonnées avec pour avantages d’assurer leur plus grande efficacité et de faire un suivi-évaluation en vue d’en mesurer l’impact.

En outre, l’APIF permettra d’intensifier les actions relatives à l’éducation financière des populations. En effet, une population financièrement éduquée est capable de comprendre les mécanismes financiers de base et de mieux appréhender les concepts tels que l’épargne, le crédit, les taux d’intérêts, etc. Ainsi, l’acquisition de la culture financière par les populations aura l’avantage de réduire de façon significative le nombre d’arnaques subies par la plus part de nos concitoyens et d’améliorer leur confiance vis à vis du système financier.


Quels seront les rapports de l'APIF avec les banques, microfinances, le secteur privé, etc. pour que les populations ressentent l'impact positif de cette agence?


La Stratégie Nationale de l’Inclusion Financière 2019-2024 en cours d’élaboration prend en compte l’entrée de nouveaux acteurs et l’évolution du secteur financier. Aussi est-il envisagé, dans le cadre de la SNIF 2019-2024, un accompagnement institutionnel de l’APIF aux acteurs du système financiers à l’effet de leur permettre de développer des produits et services financiers innovants et adaptés aux populations exclues.

Pour ce faire, l’APIF conduira en collaboration avec les parties prenantes, des actions portant sur la mise en place d’infrastructures financières de qualité et d’une réglementation évolutive devant permettre aux banques, microfinances et OTM de jouer pleinement leur rôle en matière de promotion de l’inclusion financière.

R. K.
Commentaires


Comment