Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Inclusion financière : La BCEAO vise un taux d’accès des populations aux services financiers de 75% d’ici 5 ans

Publié le mercredi 24 octobre 2018  |  Minutes Eco
Ouverture
© Abidjan.net par MC
Ouverture d`un atelier de renforcement des capacités des Comités nationaux de suivi de la mise en oeuvre de la stratégie régionale d`inclusion financière
Dakar, le 22 octobre 2018 - Le siège de la Banque Centrale des États de l`Afrique de l`Ouest (BCEAO), à Dakar, abrite un atelier de renforcement des capacités des Comités nationaux de suivi de la mise en oeuvre de la stratégie régionale d`inclusion financière. La cérémonie d`ouverture de la rencontre a été présidée par le Gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné.


Le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), Koné Tiémoko Meyliet, a traduit ce lundi 22 octobre à Dakar, au Sénégal, l’ambition de l’institution financière, « sur un horizon de cinq ans, de permettre à75 % de la population d’accéder aux services financiers à des coûts abordables. » Des efforts et innovations, il en faut beaucoup pour relever ce défi, vu que dans la zone UEMOA, le taux global d’inclusion financière se situait seulement à 55 % à fin décembre 2017.

Le banquier a fait cette déclaration à l’ouverture d’un atelier qui se tient au siège de la BCEAO, du 22 au 24 octobre 2018, visant à renforcer les capacités des membres des Comités nationaux de suivi de la mise en œuvre (CNSMO) de la stratégie régionale d’inclusion financière. Il urge, prévient le gouverneur, d’apporter une réponse aux difficultés qu’éprouvent des catégories de personnes à accéder à des services financiers adaptés à leurs besoins et à leur niveau de revenu. Cela, d’autant plus que, insiste Koné Tiémoko Meyliet, l’accès aux services financiers est un droit pour chaque citoyen : « Il contribue au bien-être économique et social des populations, au même titre que l’éducation et la santé. »

Il a exhorté les comités nationaux à porter le plaidoyer auprès des gouvernements respectifs, « en vue d’une accélération du processus d’adoption des stratégies nationales d’inclusion financière, dans les pays où elles n’existent pas encore.
... suite de l'article sur Minutes Eco

Commentaires


Comment