Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Monitoring des élections locales : le rapport final du WANEP-CI livre les dispositions pour maîtriser les élections présidentielles de 2020

Publié le mercredi 31 octobre 2018  |  Abidjan.net
Monitoring
© Abidjan.net par JOB
Monitoring des élections locales : le rapport final du WANEP-CI livre les dispositions pour maîtriser les élections présidentielles de 2020
Abidjan, le mardi 30 octobre 2018. La Coordinatrice Nationale du WANEP-CI, Kamara D. Mylène Epse Soro a présenté au cours d’une conférence de presse, le rapport final du monitoring de la vie politique nationale durant les élections locales couplées, prenant en compte les informations recueillies à travers son système d’alerte précoce.


La Coordinatrice Nationale du WANEP-CI, Kamara D. Mylène Epse Soro a présenté au cours d’une conférence de presse, le mardi 30 octobre 2018, à l’Hôtel la Rose Blanche d’Abidjan, le rapport final du monitoring de la vie politique nationale durant les élections locales couplées, prenant en compte les informations recueillies à travers son système d’alerte précoce. Ce rapport qui s’inscrit dans le cadre du projet ‘’Appui à la participation citoyenne de la population pour des élections locales inclusives et apaisées’’, avec l’appui technique et financier du PNUD et du Fonds des nations unies pour la consolidation de la paix (PBF), livre des recommandations pertinentes telles que les dispositions pour maitriser les élections présidentielles de 2020. Après un mois, (28 septembre au 25 octobre 2018), le monitoring de la vie politique du WANEP-CI a permis de constater que les craintes exprimées par la plupart des observateurs de la vie nationale se sont confirmées au regard du test grandeur nature des élections locales couplées du 13 Octobre 2018, qui a été jonché de scènes de violences et de suspicions de fraude par endroit. Si les enjeux ne sont pas tout à fait les mêmes, il convient de prendre dès maintenant les dispositions pour maitriser les élections présidentielles de 2020 qui, de façon naturelle, devraient susciter encore plus de passion, au regard de la recomposition de l’espace politique qui n’a pas encore livré sa dernière version. Ainsi, dans cet environnement à la fois dynamique, imprévisible et potentiellement explosif, il convient d’être proactif pour préserver, contre vent et marées, la paix relative dont bénéficie le pays et que tous les acteurs devraient s’engager à renforcer au bénéfice de toute la population.

Dans cette perspective, le WANEPCI fait aux différents acteurs des recommandations suivantes.

A la CEI
S’investir dans les campagnes de sensibilisation des populations au moins 2 mois avant les élections ; Se donner les moyens d’une meilleure sécurisation du processus ; Etre plus proactifs dans la prévention des violences électorales ; Renforcer la communication autour des processus électoraux ; Publier un rapport après chaque élection qui met en lumière les agissements des différentes parties prenantes, situant les responsabilités liées aux violences enregistrées et relevant les meilleures contributions au succès du processus.

Aux partis politiques
Trouver des ressources pour la formation de leurs militants ; Donner des consignes pour un comportement de paix des équipes d’animation des Quartiers Généraux de Campagne ; Prôner l’apaisement et bannir les propos haineux, xénophobes et ethnicistes pendant les Assemblées Générales, les regroupements et les campagnes ;Utiliser les voies légales pour toute contestation ; Sensibiliser leurs partisans à la culture de la non-violence et à la tolérance pour la sauvegarde de la paix ; Eviter de mettre à mal la cohésion sociale ; Renforcer la formation politique de leurs militants.

Au gouvernement:
Faire de la réforme de la CEI et du code électoral un processus inclusif et participatif intégrant toutes les parties prenantes des processus électoraux et à toutes les étapes de cette réforme ; Entreprendre dès maintenant la réforme de la CEI et du code électoral, pour ne pas être surpris par les élections de 2020 ; Renforcer la sécurité des populations et surtout des acteurs politiques pendant les périodes électorales ; Associer au code de bonne conduite des clauses de sanction en cas de non-respect ; Garantir l’autonomie financière de la Commission Electorale Indépendante ; Accélérer le processus du vote de la loi pour la promotion des droits politiques de la femme afin que cette loi soit applicable avant les élections de 2020.

Au parlement
Réviser l’article 9 du code électoral pour y intégrer des dispositions permettant de limiter le convoyage des électeurs

Aux forces de défense et de sécurité
Assurer sa mission de protection des populations et des biens ainsi que de sécurisation des élections dans le respect des principes républicains et du code électoral ; Eviter de prendre parti et de militer en faveur d’un candidat ou acteur politique.

Aux leaders coutumiers et religieux
Eviter d’afficher de façon ostentatoire sa sensibilité politique ; Eviter d’influencer le choix d’un quelconque candidat ; Prôner toujours la recherche de la paix, le dialogue, la tolérance et le pardon ; S’engager activement dans la prévention et gestion des conflits électoraux.

A l’Autorité Nationale de la Presse (ANP)
Renforcement les capacités des journalistes sur leur rôle et responsabilité pour des élections apaisées ; Censurer tout média qui entretiendrait ou qui permettrait aux partis politiques d’entretenir l’ethnicisme ; Mettre en place un système renforcé de surveillance des informations passées sur les réseaux sociaux et sur la presse numérique dans les périodes électorales ; Communiquer activement (radio, télévision) sur les comportements mettant en mal la cohésion sociale.

A la Société civile
Mieux s’organiser pour une meilleure coordination et une synergie d’action pour un accompagnement plus professionnel des processus électoraux ; Engager un plaidoyer pour l’autonomie financière de la CEI ; Engager dès maintenant des actions de formation et de sensibilisation des populations pour des élections apaisées en 2020 ; Faire le Contrôle Citoyen de l’action publique en lien avec l’origine des ressources utilisées par les candidats pour les campagnes électorales. Engager un plaidoyer auprès des partenaires au développement afin qu’ils mettent à disposition les financements pour les activités de sensibilisation et de formation au moins 2 mois avant les élections ;
Engager un plaidoyer auprès du gouvernement pour l’intégration d’une disposition pour la publication des résultats par bureau de vote dans la loi électorale ;
S’engager à fond et de façon professionnelle dans le processus de la Réforme du code électoral et de la CEI.

Aux partenaires au développement
Soutenir la Société civile dans ses divers plaidoyers ; Mettre à disposition les fonds à temps pour les activités liées à la prévention des conflits électoraux.

JOB- SOURCE WANEP-CI
Commentaires


Comment