Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Intégration Commerciale : Un atelier d’information et de sensibilisation des PME sur les mécanismes de facilitation des échanges commerciaux régionaux

Publié le jeudi 1 novembre 2018  |  Abidjan.net
Intégration
© Abidjan.net par JOB
Intégration Commerciale : Un atelier d’information et de sensibilisation des PME sur les mécanismes de facilitation des échanges commerciaux régionaux
La Direction des politiques communautaires du commerce et de la libre circulation sous la houlette du Ministère de l’Intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur (MIAIE) a organisé le mercredi 31 octobre 2018, au siège de la représentation de la CEDEAO à Abidjan, un atelier d’information et de sensibilisation des PME sur les mécanismes de facilitation des échanges commerciaux régionaux.


La Direction des politiques communautaires du commerce et de la libre circulation sous la houlette du Ministère de l’Intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur (MIAIE) a organisé le mercredi 31 octobre 2018, au siège de la représentation de la CEDEAO à Abidjan, un atelier d’information et de sensibilisation des PME sur les mécanismes de facilitation des échanges commerciaux régionaux. L’ouverture de cet atelier a été présidée par le Directeur de cabinet adjoint du MIAIE, M. Stéphane Aka Angui, en présence de S.E.M. Babacar Carlos M’Baye, représentant permanent de la CEDEAO en Côte d’Ivoire.

En effet, l’article 3 du traité de la CEDEAO pose le principe de la zone de libre-échange et du marché commun par l’élimination entre les Etats membres des droits de douane à l’importation et à l’exportation des marchandises ainsi que l’abolition des barrières non tarifaires. Pour réussir cette mission, plusieurs mécanismes de facilitation ont été mis sur pied, notamment le Schéma de Libéralisation des Echanges (SLE). En plus d’aboutir à la suppression des droits de douane, le SLE permet la mise en place de mesure pour réduire les formalités administratives aux frontières. Depuis sa mise en place, plusieurs produits et entreprises ivoiriens bénéficient des avantages du SLE.

Pour les pays en voie de développement comme ceux de l’Afrique de l’Ouest, les PME constituent le socle du développement aussi bien au niveau national qu’au niveau régional. Elles doivent profiter des avantages que leur offrent les mécanismes de facilitation des échanges régionaux afin d’accroître leurs activités dans la région. Mais cela passe par une appropriation desdits mécanismes.

Conscient de cette situation, le Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur (MIAIE), à travers la Direction du commerce et de la libre circulation, prévoit dans son plan d’actions, une série d’activités à l’endroit des PME à l’effet de promouvoir le SLE et les autres instruments du commerce régional.
Ce pourquoi, le Directeur de cabinet adjoint, M. Stéphane A. Angui a félicité les initiateurs de cet atelier et a exhorté la Confédération générale des petites et moyennes entreprises de Côte d’Ivoire (CGPME-CI) et la Fédération ivoirienne des petites et moyennes entreprises (FIPME) pour ‘’relayer cette information au niveau de toutes les PME pour qu’elles aient leur agrément qui est gratuit’’.

« La substance de cette information c’est de présenter le principal instrument que la CEDEAO a mis en place pour développer le commerce entre les pays membres de cette organisation régionale. Cet instrument s’appelle le Schéma de Libéralisation des Echanges (SLE). Il permet aux entreprises, lorsqu’elles en font la demande de pouvoir exporter leurs produits vers d’autres pays sans payer de droits de douane, comme si elles étaient à l’intérieur d’un même espace », a-t-il souligné.
Cet atelier a été rythmé par des présentations suivies de débats. Quatre thèmes ont été abordés, à savoir, la réglementation commerciale en matière d’importation et d’exportation ; les dispositions et la procédure du SLE ; le fonctionnement du DUT et les actions de lutte contre les tracasseries routières. Une quarantaine de personnes, issues du secteur privé, essentiellement les PME et des administrations en charge du SLE et du suivi de la libre circulation des biens, ont pris part à ces travaux.

JOB
Commentaires


Comment