Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

L’Ivoirien Aka Kouamé élu à la tête de l’Association des historiens africains

Publié le vendredi 9 novembre 2018  |  AIP


Yamoussoukro - L’historien ivoirien, Prof Aka Kouamé présidera désormais aux destinés de l’Association des historiens africains (AHA), après son élection par ses pairs vendredi, au terme du 5ème congrès tenu à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro.

Il s'agit d'une grande consécration pour le professeur titulaire d’histoire à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, également président de l’Association des historiens de Côte d'Ivoire.

Dans son discours inaugural, le nouveau président de l’AHA a promis de faire tenir le prochain congrès dans un pays anglophone, « pour leur faire la passe pour qu’ils ne se sentent pas frustrés de voir toujours les francophones prendre chaque fois la tête de l’Association ».

Professeur Aka Kouamé a décidé de faire en sorte à rendre l’AHA plus opérationnel. Pour y parvenir, il compte s’appuyer sur les réseaux régionaux qui devraient fonctionner correctement, et sur les sections nationales pour organiser des séminaires, des colloques en Afrique occidentale et en Afrique centrale avec la participation de tous, pour mieux se connaître.

L’historien ivoirien compte établir très rapidement l’annuaire des historiens africains, pour qu’on sache où ils se trouvent et ce qu’ils font. "Parce que souvent, pendant les soutenances de thèse, nous avons besoin de grands spécialistes pour évaluer les travaux", a précisé Prof Aka Kouamé.

Il entend également faire en sorte que la revue de l’AHA, "Afrika Zamani", puisse paraître très régulièrement avec des articles de très grande qualité.

L’Association des historiens africains est née en 1972 à Dakar, au Sénégal, de la volonté d’une pléiade de jeunes historiens de l’époque de rassembler les historiens africains. Et ce, afin de rompre leur isolement et de favoriser une collaboration fructueuse entre eux, au-delà des barrières linguistiques et des différences de traditions académiques.

(AIP)
nam/cmas
Commentaires


Comment