Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

PDCI: création d’un Collectif de candidats se disant "spoliés" des élections locales

Publié le mercredi 14 novembre 2018  |  APA
Conférence
© Abidjan.net par Cyprien Kouassi
Conférence de presse : Le collectif des candidats, intimidés et spoliés de leurs victoires
Mercredi 13 octobre 2018. Abidjan-Cocody. Le collectif des candidats, intimidés et spoliés de leurs victoires lors des élections locales ont animé une conférence de presse, prononcé par le président dudit collectif, le maire N’Dohi Raymond au siège du PDCI-RDA sis à Cocody.


Un Collectif des candidats intimidés et spoliés (CCIS) des élections municipales et régionales ivoiriennes du 13 octobre 2018, issu du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), a été dévoilé mercredi au siège de la formation politique, à Abidjan.

L’organisation, conduite par Raymond N’Dohi, maire sortant de Koumassi, commune située dans le Sud d’Abidjan, a pour objectif principal de « mener jusqu’au bout le plaidoyer et la mobilisation citoyenne », a dit lors d’un point de presse son président.

Le CCIS dénonce des élections « des plus mauvaises depuis que la Côte d’Ivoire indépendante » tient des scrutins, évoquant un record de « plus de 102 recours en annulation », ainsi que des « abus de toutes sortes par la Commission électorale indépendante (CEI) », qu’il juge « illégale et illégitime ».

II a en outre fustigé, lors du vote, « l’absence de stickers pour favoriser la fraude, d’encre indélébile pour permettre les votes multiples, l’immixtion dans le processus électoral de chefs de guerre, notamment le colonel Koné Djakaridja dit Zakaria à Vavoua (ouest)».

M. N’Dohi a déploré par ailleurs l’apparition « de bandes armées munies d’armes à feu dans les lieux et bureaux de vote, occasionnant des casses, des disparitions d’urnes et de procès-verbaux et même des pertes en vie humaines, à Lakota, Abobo et Grand-Bassam ».

« Nous demandons au pouvoir exécutif de laisser librement les magistrats de la Cour suprême dire le droit, rien que le droit, sans risquer leurs postes », a déclaré Raymond N’Dohi, nommé récemment vice-président du Pdci.

Pour soutenir davantage la défense de ses candidats malheureux aux élections locales du 13 octobre 2018, le Pdci a commis, Emmanuel Massigny et Romain Dupeyre, deux avocats français. Ces derniers dénoncent notamment « des fraudes caractérisées et avérées » à l’endroit de leurs clients.

AP/ls/APA
Commentaires


Comment