Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Gestion des forêts ivoiriennes: Le gouvernement à travers le ministère du Plan et du développement reçoit un outil de surveillance satellitaire

Publié le mardi 20 novembre 2018  |  Abidjan.net
Gestion
© Abidjan.net par Cyprien Kouassi
Gestion des forêts ivoiriennes: Le gouvernement à travers le ministère du Plan et du développement reçoit un outil de surveillance satéllitaire
Lundi 19 novembre 2018. Abidjan. Dans le cadre du projet « partenariat international pour l’application d’imagerie satéllitaire dans la gestion de la foresterie et du boisement », la Ministre du Plan et du Développement Kaba Nialé a reçu officiellement des mains de Paola Despretz, du cabinet Vivid Economics l’outil « IMAGES » lors d`une cérémonie ce lundi à la salle de conférences du 20e étage de l’Immeuble Sciam.


Dans le cadre du projet « partenariat international pour l’application d’imagerie satellitaire dans la gestion de la foresterie et du boisement », la Ministre du Plan et du Développement Kaba Nialé a reçu officiellement des mains de Paola Despretz, du cabinet Vivid Economics l’outil « IMAGES » lors d’une cérémonie ce lundi 19 novembre 2018 à la salle de conférences du 20e étage de l’Immeuble Sciam.
Ce projet, qui a été présenté le mois dernier au ministre du plan, vise à atteindre les objectifs du développement durable à court, moyen et long terme tout en mobilisant les avantages de la surveillance par satellite pour une planification plus proactive de l’utilisation des terres. Paola Despretz, du cabinet Vivid Economics présentatrice dudit projet, a dans son intervention rappelé que ce programme comporte plusieurs étapes dont l’inventaire des Terres consistant à classer et à différencier les différents couverts végétaux et utilisations des terres (Sentinel 1 et 2, résolution de 10 m) ; le cadre de valeur socio-économique consistant à valoriser le compromis entre l’agriculture et les services écosystémiques des forêts, à partir de l’inventaire des terres ; le système d’alerte précoce consistant à doter les utilisateurs d’un outil pour surveiller avec plus de précision l’utilisation de la forêt et des terres en temps réel en vue de suivre efficacement la déforestation.

Tout en rassurant la délégation ministérielle présente que ces étapes ont été réalisées, Paola Despretz a souligné que l’analyse des photographies satellitaires de l’outil « images » pourrait avoir d’autres utilisations notamment dans le domaine de la surveillance de l’orpaillage clandestine, de la recherche scientifique...
Pour sa part, la Ministre du Plan et du Développement Kaba Nialé a témoigné sa gratitude au nom du gouvernement à la Grande Bretagne avant d’expliquer que le PND 2016-2020 vise à consolider la trajectoire vers l’émergence et l’industrialisation. Ainsi à en croire la ministre du plan et du développement, cette planification s’inscrit dans une vision à plus long-terme qui est l’Etude Nationale Prospective « Côte d’Ivoire 2040 ». " Selon cette étude, la Côte d’Ivoire reste vulnérable aux impacts du changement climatique qui touchent tous les secteurs essentiels de son développement" a-t-elle confié. Poursuivant dans son intervention, Kaba Nialé a révélé que cet outil revêt un caractère très important pour la Côte d’Ivoire eu égard aux effets du déboisement et des changements climatiques qui ont un impact négatif sur les revenus et la santé des populations. " C’est pourquoi, il est important de l’étendre à l’ensemble du territoire national et à des secteurs autres que la foresterie et l’agriculture notamment, le secteur des mines, des infrastructures, de la construction, de la démographie, de l’industrie..." a-t-elle conclu.

Rappelons que la zone forestière ivoirienne abrite une grande diversité floristique et faunique. Malheureusement, de 16 millions d’hectares au début du siècle dernier, la forêt dense humide est passée à 9 millions d’ha en 1965 et à 3 millions d’ha en 1991. Aujourd’hui, elle est estimée à environ 2,5 millions d’hectares. Cette situation est imputable à l’agriculture extensive basée sur la technique des cultures itinérantes sur brûlis, la surexploitation de la forêt en bois d’œuvre et bois énergie et les feux de brousse.

CK
Commentaires


Comment