Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

Restitution des œuvres d’art – la directrice du Musée d’Abidjan réagit: « Pour l’heure, nous voulons que ces objets restent là bas »

Publié le vendredi 23 novembre 2018  |  Pôle Afrique
Culture:
© Autre presse par DR
Culture: le musée des civilisations d`Abidjan


Ce vendredi 23 novembre 2018, la française Bénédicte Savoy, historienne de l’art, et l’écrivain et universitaire sénégalais Felwine Sarr remettent au Président français Emmanuel Macron un rapport relatif à la restitution d’œuvres spoliés aux pays africains lors de la période coloniale. Cette nouvelle est bien accueillie par Sylvie Memel Kassi, directrice du Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire interrogée par poleafrique.info. Toutefois, elle se veut prudente au sujet de la conservation de ces œuvres une fois acheminées. Selon elle, des conditions restent à remplir.

Emmanuel Macron l’avait dit. Promis même. Le 28 novembre 2017, le président français délivrait à l’université Ouaga 1 au Burkina Faso un discours sur les liens entre la France et l’Afrique. N’éludant rien, M. Macron aborde l’épineuse question de la restitution du patrimoine artistique africain. La situation des œuvres africaines est unique en son genre : 85%, voire 90, du patrimoine africain se trouverait actuellement hors de son continent, selon les deux experts mandatés par le Président.

« Je ne peux pas accepter qu’une large part du patrimoine culturel de plusieurs pays africains soit en France. Il y a des explications historiques, mais pas de justification valable, durable et inconditionnelle, le patrimoine africain ne peut pas être uniquement dans des collections privées et des musées européens. Le patrimoine africain doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou, ce sera une de mes priorités. Je veux que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique » déclarait-il devant un parterre d’étudiants.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment