Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire : « Il n’y a pas de rupture entre Alassane Ouattara et moi », assure Henri Konan Bédié

Publié le mardi 27 novembre 2018  |  Jeune Afrique
Président
© Présidence par DR
Président Henri Konan BEDIE a rendu une visite de courtoisie au Président de la République
Jeudi 11 Mai 2017. Avant de se rendre à Paris où il prendra part à la cérémonie de remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, le Président du PDCI-RDA, S.E.M. Henri Konan Bédié, a rendu une visite de courtoisie au Président de la République, S.E.M. Alassane Ouattara, au Palais de la Présidence de la République.


Alors que le dialogue direct entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié est rompu depuis de longues semaines, le président du PDCI assure dans une interview accordée le 26 novembre au quotidien « Nouveau Réveil », qu’ « il n’y a pas de rupture » entre les deux hommes.

Leur dernière rencontre remonte au 8 août et n’avait pas été des plus chaleureuses. Depuis, le dialogue direct entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié est rompu, malgré les nombreuses tentatives de médiation. Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) refuse pour autant de parler de « rupture ».

Dans une interview accordée au Nouveau Réveil (quotidien pro-PDCI) le 26 novembre, l’ancien chef de l’État revient sur les raisons qui l’ont amené à refuser d’intégrer le parti unifié, RHDP. Il déclare notamment avoir remis à Henriette Diabaté et Kandia Camara, respectivement présidente et secrétaire générale du RDR, toutes deux reçues le 6 juillet à Daoukro, des documents qui « comportaient les réserves du PDCI sur les dispositions transitoires du projet des statuts du parti unifié RHDP. Cette réserve précisait, à juste titre, la nécessité de maintenir le RHDP sous forme d’un groupement politique, conformément à la loi de 1993 relative aux partis et aux groupements politiques. Cette loi n’autorise pas la fédération des partis politiques, comme stipulée dans l’article 40 du projet des statuts du parti unifié. À ce jour, aucune suite n’a été donnée à cette réserve », dit-il.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment