Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Guerre d’influence au Pdci : pourquoi Bédié a « frappé » Achi Patrick seul

Publié le mercredi 28 novembre 2018  |  Afrikipresse
70
© Abidjan.net par DA
70 ans du PDCI-RDA: Henri Konan Bédié préside la journée dédiée aux élus
Vendredi 29 avril 2016. Abidjan. Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA a présidé une cérémonie dédiée aux élus dans le cadre de la célébration des 70 ans du parti. Photo: Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA.


Lancée par plusieurs cadres du PDCI-RDA, le jeudi 22 novembre 2018, la déclaration sous forme de pétition pour la « non rupture » et « le retour à la paix et à la prospérité », et l’amélioration de la gouvernance au Pdci, a fait sortir le président Bédié de son silence. Afrikipresse décrypte et fait des révélations.

« Nous demandons au président Henri Konan Bédié de mettre en place au PDCI-RDA, une gouvernance améliorée et de reprendre les négociations avec le RHDP », disait en substance la déclaration. Sans attendre la première liste des signataires publiée dans la presse le lundi 26 novembre 2018, Henri Konan Bédié a répondu dans le Nouveau Réveil paru le même jour. À cette occasion, il n’a tiré que sur un seul des signataires présumés ( la liste n’étant pas encore rendue publique au moment de la réalisation de l’interview le samedi 24 novembre 2018, à Daoukro), en l’occurrence Patrick Achi, considéré par lui comme l’instigateur principal et le manipulateur de son propre neveu « dissident », Jean Marc Anyra Bédié.


« Je crois que la gouvernance est suffisamment nourrie pour que l’on puisse encore vouloir une gouvernance renforcée », a également répondu Monsieur Bédié à ceux qui souhaitent par exemple que tous les autres ministres Pdci qui ne font plus partie du secrétariat exécutif du parti y soient reconduits, et que les voix des vice-présidents du Pdci ( défavorable en majorité à l’option de rupture actuelle ), soient de plus en plus entendues.

Le ministre Achi Patrick a-t-il payé pour tous les autres, et surtout pour être allé voir le Président Bédié pour lui expliquer ses craintes sur les dangers de la rupture entre lui et le Président Alassane Ouattara, et entre le PDCI et le RHDP ? Les mêmes craintes relatives au risque d’un affrontement et d’une tension électorale à l’approche de 2020 ( avec un avant-goût lors des élections locales du 13 octobre 2018 ), avaient déjà été expliquées publiquement par Achi Patrick devant les militants et les militants du parti. Il n’en a jamais fait mystère, selon plusieurs témoignages.
... suite de l'article sur Afrikipresse

Commentaires


Comment