Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Afrique de l’Ouest : adoption d’une série de mesures pour assurer la sécurité, l’intégration et le développement transfrontalier

Publié le dimanche 2 decembre 2018  |  Xinhua
Cérémonie
© Présidence par DR
Cérémonie d`ouverture de la 4ème réunion du Groupe de Travail de haut niveau sur la monnaie unique de la CEDEAO
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a pris part, ce mardi 24 octobre 2017, à Niamey (Niger), à la quatrième réunion du Groupe de Travail de haut niveau sur la monnaie unique de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), aux côtés des Présidents ISSOUFOU Mahamadou du Niger, Nana Addo AKUFO-ADDO du Ghana, Muhammadu BUHARI du Nigeria et Faure GNASSINGBE du Togo.


Des chargés de la gestion des espaces frontaliers de 11 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont adopté à Cotonou, une série de mesures visant à assurer la sécurité, l’intégration et le développement transfrontalier de l’espace communautaire, indique un communiqué parvenu samedi à Xinhua dans la métropole béninoise.

Selon ce communiqué publié à l’issue du séminaire sousrégional sur la coopération transfrontalière en Afrique de l’Ouest, tenu du mercredi 28 au vendredi 30 novembre à Cotonou, les responsable de la gestion des espaces frontaliers des pays membres de la CEDEAO, ont recommandé, aux organisations régionales d’intégration (UEMOA, CEDEAO, UA), la nécessité d’identifier, de capitaliser et de diffuser les initiatives novatrices de coopération transfrontalière et de promouvoir les infrastructures de désenclavement des zones transfrontalières.

Ils ont souhaité à l’endroit des Etats de l’espace communautaire, souligne la même source, la nécessité de développer les zones frontalières par la réalisation d’infrastructures socio-communautaires et de mettre un accent particulier sur la prévention, notamment à travers le renseignement territorial avec l’implication effective des populations dans la gestion des questions sécuritaires .

Cette rencontre sur la coopération transfrontalière en Afrique de l’Ouest avait permis aux chargés de la gestion des espaces frontaliers d’identifier les pistes et conduites à tenir pour prévenir l’extrémisme violent dont la menace près des frontières est perceptible.

"C’est au niveau des frontières que tout nait, parce que ce sont des zones fragiles, marginalisées, des zones grises. Et, un seul pays ne peut pas faire face à cette menace. D’où la nécessité de se mettre ensemble et de conjuguer les efforts pour faire face au défi de la sécurisation des frontières", explique la même source.
Commentaires


Comment