Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

IATF 2018 : Présence remarquée de la Côte d’Ivoire en Egypte

Publié le vendredi 14 decembre 2018  |  Abidjan.net


Avec un pavillon enregistrant une douzaine de stands, la Côte d’Ivoire constitue l’une des fortes attractions de l’édition 2018 de la Foire Commerciale Intra-Africaine (IATF). Du cacao à l’anacarde en passant par les produits dérivés du manioc, du miel et ceux de l’artisanat avec notamment les pagnes tissés du pays yacouba et baoulé, les différents exposants ivoiriens ne manquent pas d’ingéniosité pour vanter les bienfaits de leurs différents produits.


C’est avec stupéfaction, joie, émotion et parfois grand étonnement que des participants à la Foire IATF découvrent la cabosse de cacao ainsi que les fèves, à l’origine du chocolat que tous apprécient savourent avec enthousiasme lorsqu’ils visitent le stand du Conseil du Café et du Cacao. C’est le cas de Otman ce jeune marocain, qui dégustait pour la première fois le chocolat ‘’made in Côte d’Ivoire’’ grâce aux mini-tablettes qu’on lui a offert sur le stand du Conseil Café-Cacao.


S’il dit apprécier le chocolat ivoirien, Otman est plutôt émerveillé de découvrir que le chocolat dont il raffole provient de la transformation de fèves de cacao, qu’il découvre pour la première fois de sa vie. ‘’Je n’avais jamais mangé du chocolat ivoirien. J’ai toujours pensé que c’était des grains sur un arbre qu’on utilisait pour faire du cacao. Je ne savais pas que c’étaient des fèves dans une cabosse’’, a avoué le jeune marocain. Comme lui ils sont nombreux ces visiteurs qui expriment leur étonnement quand Fernaud Koffi Chargé de promotion au Conseil Café Cacao et son équipe leur expliquent le processus d’obtention du chocolat depuis les champs jusqu’à se retrouver dans le commerce.


L’IATF constitue une plateforme importante pour le Conseil Café-Cacao qui s’est engagé dans un processus de diversification des pays vers lesquels la Côte d’Ivoire exporte son Café et son cacao, explique Fernaud Koffi. En dehors des traditionnels pays d’exportation, la Côte d’Ivoire, dans sa volonté de développer le partenariat sud-sud, voit en l’IATF une occasion de nouer des contacts avec des opérateurs africains concernant aussi bien le cacao que le Café. ‘’Ce sont deux filières dans lesquelles il y’a énormément de possibilités d’investissement notamment dans la transformation et semi-transformation’’, argue celui qui a en charge la promotion au sein du Conseil du Café et du Cacao.


Moins impressionnant que le cacao, l’anacarde intéresse également les participants de l’IATF, dont bons nombres sont surpris de savoir que la Côte d’Ivoire est premier producteur mondial de la noix de Cajou. ‘’Tout se passe bien. On a reçu beaucoup de visiteurs sur le stand et ils ont marqué leur intérêt pour la noix de cajou. Ils ont surtout apprécié la qualité de la noix de Cajou ivoirienne. Et certains ont même promis se rendre en Côte d’Ivoire pour s’en procurer’’, témoigne Asma Fofana du Conseil Coton-Anacarde.


Le savoir faire ivoirien en matière de transformation de produits vivriers est également au rendez-vous du Caire. Yapo Pulchérie au nom de la SCOOPS-COPACI une coopérative de femmes intervenant dans la transformation des produits vivriers, occupe un stand où sont exposés des produits dérivés du manioc, notamment l’attiéké, des gâteaux des biscuits, du gari tous faits à base de manioc. Yapo Pulchérie a dans son stand également des produits issus de la ‘’Boutique Paysanne’’ connue pour promouvoir les produits ‘’made in Côte d’Ivoire’’.


La Foire Commerciale Intra-Africaine, qui est à sa première édition, est une foire commerciale qui fournit une plateforme de partage d’informations sur le commerce, l’investissement et le marché et permet aux acheteurs et aux vendeurs ainsi qu’aux investisseurs et aux pays de se rencontrer afin de discuter et de conclure des accords commerciaux. C’est aussi l’occasion pour les exposants de présenter leurs biens et services, d’entreprendre des échanges interentreprises (B2B) et conclure des accords commerciaux.


Elisée B, envoyé spécial au Caire
Commentaires


Comment