Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Biodiversité : les acteurs de la Diversité Biologique examinent le sixième rapport national avant sa présentation devant les Nations-Unies.

Publié le lundi 17 decembre 2018  |  Abidjan.net
Ouverture
© Abidjan.net par PR
Ouverture de l`atelier de validation du 6e rapport sur la biodiversité
Abidjan le 17 décembre 2018. L`atelier de validation du 6e rapport sur la biodiversité s`est ouvert ce lundi à Abidjan Cocody.


Il s’est ouvert ce lundi 17 décembre à Abidjan, l’atelier national de validation du draft du sixième rapports sur la diversité biologique en Cote d’Ivoire.

Cet atelier qui va durer 48 heures vise à soumettre à validation le draft du sixième rapport national de la convention sur la Diversité Biologique à l’appréciation de l’ensemble des acteurs avant sa présentation officielle devant les nations unies.

Il s’agira pour eux de vérifier les progrès accomplis pour chaque objectif national pour la diversité biologique établi en fonction du plan stratégique 2011-2020 et vérifier l’efficacité des mesures prises.

En Cote d’Ivoire, la diversité biologique terrestre et aquatique comprend dans son ensemble 16.034 éspeces et organismes vivants.

Pour la protection de cette richesse naturelle, L’État ivoirien a signé depuis 1992 les conventions des Nations-Unies sur le changement climatique et sur la biodiversité à Rio, au Brésil.

Depuis lors, chaque année, des rapports sont élaborés et présentés devant les nations unies sur les progres réalisés et les perspectives.

La Cote d’ivoire qui présente « une situation particulière » compte tenu des affres de la crise sur la préservation de la Diversité biologique, a tout de même fait des efforts, a indiqué Guillaume Zabi, conseillé technique, représentant le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Ce progrès s’est fait : « par des mesures prises pour la réduction des effets du changement climatique avec la signation de conventions internationales sur le sujet, les mesures de protections des eaux et des forets pour réduire le braconnage et la piraterie maritime avec pour conséquence des eaux vidés de leurs contenus en poissons » a-t-il confié.

Le représentant de Onu-environnement, Adama Buhari, a quant a lui, reconnu les efforts du gouvernement, qui, au lendemain de la crise, a œuvré pour évacuer les personnes qui occupaient les parcs et réserves. Toutefois, a-t-il martelé : « le gouvernement doit améliorer sa vision sur la biodiversité ».

Il a expliqué qu’il « ne s’agit pas seulement de jouer un role de conservateur avec la création de parcs ou des aires protégées ; mais il faut aussi prévoir son utilisation durable avec un cadre législatif réglementaire, notamment dans le cadre de l’accès au partage de bénéfice ». Il invite donc L’État à créer ces conditions pour commercer avec les grandes firmes industrielles qui font du cosmétique, de l’alimentations, la pharmacie, afin de faire de la biodiversité un moyen de développement économique.

Pour la ressource de 9 millions de dollars octroyé à la Côte d’Ivoire, pour la prériode 2018-2021, bien qu’insuffisant, a-t-il reconnu, il propose une gestion stratégique de ce Budjet. « Mettre une partie pour la mise sur pied d’un cadre juridique réglementaire et renforcer les capacités des acteurs sur l’utilisation de la biodiversité pour générer des fonds importants pour le pays ».

La période de soumission du sixième rapport est ouverte jusqu’au 31 décembre.

Atapointe
Commentaires


Comment