Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
NTIC
Article
NTIC

UEMOA: 4 jeunes engagés dans la transformation digitale des services financiers primés à Abidjan

Publié le samedi 22 decembre 2018  |  APA


APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) - Quatre jeunes de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) engagés dans la transformation digitale des services financiers ont été primés, vendredi à Abidjan, à l’issue du concours «BRVM Fintech Innovation challenge» lancé par la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

En lançant le concours «BRVM Fintech innovation challenge», a expliqué le Directeur général de cette bourse, Dr Edoh Kossi Amenounve, «la BRVM a voulu appeler à l’attention de l’ensemble du système financier sous-régional la nécessité de s’approprier, dès à présent le Fintech, pour ne pas subir ou être forcé demain d’adopter des solutions inadaptées à nos contextes et de surcroit très couteuses».

La Fintech est une concentration de deux mots anglais: Finance and Technology. C’est une nouvelle industrie financière qui utilise les nouveaux moyens de la technologie pour proposer des services financiers, moins coûteux et plus efficaces pour les consommateurs.

« Les Fintech sont bien au cœur de la révolution numérique car elles touchent tous les domaines d’activité, et comme cela est déjà le cas ailleurs dans le monde, elles pourraient bouleverser dans quelques années les modes de financement des économies de l’Afrique sub-saharienne », a poursuivi le patron de la BRVM.

« Elles représentent par conséquent, un enjeu important en termes de modèle économique de croissance et d’emploi », a soutenu Dr Edoh Kossi Amenounve, félicitant « les quatre lauréats de ce concours » et « confirmer la disponibilité de la BRVM à les encadrer afin de poursuivre la réalisation technique de leurs projets ».



Le projet Tibank présenté par l’Ivoirien Eli Macaire Zokou est une plate-forme pour réduire l’asymétrie d’information entre la PME et les institutions de financement.

Tibank est une application de gestion comptable simplifiée utilisant l’intelligence artificielle (IA) et la technologie Blokchain pour réduire les asymétries d’information entre les institutions financières et leurs clients.

L’application permet à toute PME d’enregistrer en continue ses ventes, ses approvisionnements, etc., d’en assurer le suivi, de gérer sa trésorerie, de disposer d’analyses statistiques sur ses activités et de transmettre à son partenaire bancaire l’ensemble des données personnelles et financières actualisées (Chiffres d’affaires, charges, achats, dépenses familiales, valeurs de stocks, etc.).

Elle permet également (à la PME) de soumettre une demande de crédit à la banque. Cette dernière pourra s’appuyer sur l’historique des activités de la PME disponibles sur la plateforme pour examiner ladite demande… »

Le projet Paychap présenté par le Togolais Williams Tété Amouh est moyen de paiement électronique simple et sécurisé adapté aux réalités africaines. Cette solution qui utilise la technologie NFC pour payer par le téléphone mobile, sans contact vise à palier plusieurs problèmes dans le commerce notamment celui de la monnaie, des faux billets et de l’insécurité due aux transactions numéraires.

Paychap permet également aux propriétaires des compagnies de transport terrestres de pallier les arnaques des chauffeurs de bus et d’avoir l’entrée exacte d’argent par bus et par jour.

Le projet Richbourse présenté par le Béninois Brian Ifoni Idossou, est une plateforme web proposant aux investisseurs de la BRVM des prévisions boursières ainsi que les conseils boursiers, en utilisant des algorithmes d’intelligence artificielle et le Big Data.

Elle permet en outre, aux investisseurs d’effectuer l’analyse technique et l’analyse fondamentale sur les actions cotées.

Pour les débutants en bourse, elle fournira des ressources d’apprentissage en ligne et d’initiation à la bourse, en offrant la possibilité de gérer un portefeuille virtuel en ligne et de simuler la passation des ordres de bourse. En somme, cette solution vise à proposer aux investisseurs tout le nécessaire pour détecter les meilleures opportunités en bourse et pour prendre les meilleures décisions d’investissement.

Enfin, le projet Fetish présenté par l’Ivoirien Cédric Arthur Yao est application dédiée à l’analyse technique sur le marché boursier. Le but du modèle d’analyse proposé est de permettre une orientation d’investissement à court, moyen et long terme des valeurs mobilières et d’anticiper d’éventuelles hausses et baisses des cours. L’intention de l’application Fetish est d’intégrer ce modèle d’analyse technique dans une application numérique.

Chaque lauréat a reçu un million FCFA et devra être accompagné par la BRVM et ses partenaires sur une période de 12 mois.

Le but de ce projet informatique est de permettre, à partir de différentes matrices créées, une prévision de chacune des valeurs du marché Actions.

Ce concours de la BRVM vise à sélectionner des talents initiateurs de projets qui bénéficieront d’un accompagnement pour mettre en œuvre leurs projets dans son laboratoire « BRVM Fintech Lab ». Ce concours s’inscrit dans le cadre global de l’AfricaFinLab qui est une initiative continentale de développement et de promotion de l’innovation en finance.

Avec les évolutions récentes des technologies disruptives telles que la Blockchain, le Big Data, l’Intelligence Artificielle, etc., les métiers de la finance connaissent des mutations profondes et une remise en cause de leurs modèles de fonctionnement.

A travers la mise en place d’un laboratoire des technologies numériques, la BRVM souhaite accompagner le système financier sous régional dans l’innovation et l’anticipation sur les disruptions futures.

A ce titre, elle permet à de jeunes talents, personnes physiques âgées de 18 à 40 ans ou startups établies dans la région UEMOA, qui sont porteurs de projets innovants ou de thèmes de recherche d’intérêt dans la Fintech, à les mettre en œuvre.

LS/APA
Commentaires


Comment