Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Echanges avec Paul Kagamé – Jean Marie Ackah esquisse 3 pistes pour rendre incluse et durable la croissance économique en Afrique

Publié le dimanche 23 decembre 2018  |  Minutes Eco
Renforcement
© Autre presse par DR/CGECI
Renforcement des relations commerciales Côte d’Ivoire-Rwanda : Le président Kagamé rencontre le secteur privé ivoirien
La maison de l’entreprise a servi de cadre, ce jeudi 20 décembre 2018, à une rencontre entre le président du Rwanda Paul Kagamé, en visite officielle de 48 heures en Côte d’Ivoire, et le secteur privé ivoirien.


Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean Marie Ackah, a profité des échanges avec le chef de l’Etat rwandais, Paul Kagamé, à la Maison de l’entreprise au Plateau ce jeudi 20 décembre 2018, pour solliciter sa présidence pour l’édition 2019 de la CGECI academy. A ces assises annuelles qui réunissent chaque année au mois d’octobre, plus de 4000 dirigeants d’entreprises, opérateurs économiques ivoiriens et africains, il a formulé également une invitation à titre spécial à l’endroit du secteur privé rwandais. Pour Jean Marie Ackah, ce serait une bonne occasion pour Paul Kagamé de faire sa vision du développement du secteur privé africain.

Il a indiqué que l’Afrique change de visage et se transforme, et des pays comme le Rwanda, l’Ethiopie, la Côte d’Ivoire, etc., illustrent ce renouveau de l’Afrique. 6 des 10 pays avec la plus forte croissance en 2018 sont Africains selon les prévisions de la Banque Mondiale. Toutefois, interpelle le président de la CGECI, cette embellie ne doit pas détourner les Africains du fait que les défis sont encore importants. « La croissance économique doit se consolider dans le temps, être inclusive, durable pour que les fils et les filles d’Afrique en perçoivent effectivement les fruits », soutient-il.

Pour Jean Marie Ackah, la croissance économique doit se consolider dans le temps, être inclusive et durable pour que les fils et les filles d’Afrique en perçoivent effectivement les fruits. Afin d’y parvenir, il a esquissé trois pistes : la transformation structurelle de l’économie (la Côte d’Ivoire a fait le choix de l’opérer par l’industrialisation), l’émergence de champions nationaux (ces entreprises capables d’endogénéiser la croissance) et l’élargissement des marchés nationaux qui a commencé à l’échelle régionale et qui devrait se parachever à l’échelle continentale à travers la Zone de libre-échange continentale – ZLECAf.
... suite de l'article sur Minutes Eco

Commentaires


Comment