Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Lutte contre la corruption- Fin de la campagne de sensibilisation, Dr Christophe Kouamé: “Que chacun fasse son méa-culpa”, un Procureur Spécial pour traquer les corrompus

Publié le lundi 24 decembre 2018  |  Pôle Afrique
11ème
© Abidjan.net par JOB (Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration et ne correspond pas forcément avec le contenu de l`article)
11ème Conférence des « Jeudis Libéraux » sur le thème « Intérêt ou désintérêt des jeunes pour les processus électoraux ?»
En vue de comprendre, les probables causes de la baisse du niveau de participation au vote et de mieux cerner les enjeux des différentes formes de participation des populations notamment, des jeunes aux processus électoraux, la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté a organisé le jeudi 12 novembre, à son siège, un panel sur le thème « Intérêt ou désintérêt des jeunes pour les processus électoraux ?». Photo : Dr Christophe Kouamé, Président de l`association Citoyens et Participation (CIVIS)


Depuis 1977, la Côte d’Ivoire avait déjà des instruments de lutte contre la corruption. Elle a aussi signé la convention des Nations Unies en 2012 et la convention de l’Union africaine de la lutte contre la corruption. C’est l’information qui a été donné ce samedi 22 décembre dernier par Achiaou Jacques III, directeur de la sensibilisation et de l’éducation à la haute autorité pour la bonne gouvernance. C’était à l’occasion de la journée de clôture de la quinzaine de lutte contre la corruption et les infractions assimilées en Côte d’Ivoire. Cette quinzaine qui a eu lieu du 09 au 22 décembre a été organisée par CIVIS-CI. CIVIS est une association d’éducation à la citoyenneté, à la promotion et à la défense des droits de l’homme.

« Ensemble construisons les institutions et outils en charge de lutte contre la corruption et les infractions assimilées en Côte d’Ivoire », c’est le thème de la quinzaine de sensibilisation lancée par CIVIS-Côte d’Ivoire. A la fin de ce périple, un point a été fait ce 22 décembre à Abidjan.

Il ne peut y avoir de développement là où il y a corruption et la Côte d’Ivoire ne saurait lorgner vers l’émergence avec un taux élevé de politiques, fonctionnaires et agents de l’Etat corrompus.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment