Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire : le capital Ouattara

Publié le vendredi 28 decembre 2018  |  CICG-Côte d’Ivoire
Le
© CICG-Côte d’Ivoire par DR
Le Président Alassane Ouattara et le Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres


Des fonds de l’abîme, où elle a été pendant plus d’une décennie, la Côte d’Ivoire est aujourd’hui un tout autre pays. Une métamorphose entamée depuis la fin de la crise socio-politique en 2011. Un pays que certains qui l’avaient quitté au début des années 2000, ou peu avant 2010, ont du mal à reconnaître.

D’autres s’émerveillent des progrès socio-économiques réalisés, parlant de véritable renversement de situation dans tous les secteurs : approvisionnement en eau potable, disponibilité en gaz butane, réhabilitation de pistes rurales, construction de 127 collèges de proximité, électrification d’environ 5 000 localités à novembre 2018... On notera également l’abonnement de 408 882 ménages à l’électricité, grâce à un paiement initial de 1 000 FCFA, la remise de clés de 4702 logements sociaux en 2017, la construction de 300 centres de santé, la construction des universités de Daloa, Korhogo et Man, etc.

La liste des réalisations depuis l’arrivée du Président Alassane Ouattara est longue. Des hôtels de standing poussent ici et là. Une classe moyenne de plus en plus importante émerge, avec ses habitudes de consommation. D’où la création de plusieurs centres commerciaux ultra modernes. La pénétration du numérique explose.

Les smartphones ne sont plus l’apanage des seuls hauts cadres de l’administration ou du secteur privé. On en retrouve aussi avec de modestes commerçantes de produits vivriers du ‘’Marché Gouro’’ à Adjamé. A Abidjan, de nouveaux cafés et pâtisseries ouvrent à presque tous les carrefours, créant ainsi des emplois.
L’aéroport d’Abidjan, devenu le hub de la sous-région, a franchi le cap de 2 millions de passagers. La Société de Transports Abidjanais (SOTRA) propose désormais le Wifi dans certains de ses autobus. Le 3ème Pont - à péage - sur lequel certains ne pariaient pas gros, enregistre régulièrement des bouchons. Yamoussoukro n’est désormais qu’à deux heures d’Abidjan, grâce à l’extension de l’Autoroute du Nord.
Les bidonvilles qui obstruaient la belle vue du bleu de l’Océan Atlantique sur le tronçon Abidjan - Grand-Bassam (aujourd’hui une autoroute), ont fait place à une belle plage dégagée, permettant aux promeneurs et sportifs de savourer la brise de mer. Abidjan connaît aujourd’hui une véritable mue, avec la réhabilitation des voiries, le ravalement des façades, la présence des panneaux directionnels, l’aménagement d’espaces verts... En somme, on voit un pays chaque jour un peu plus moderne.

C’est vrai, les défis restent encore nombreux et ce, dans tous les secteurs. Le Président de la République Alassane Ouattara et son Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly doivent faire plus et mieux. Ils sont les premiers à le reconnaître. Le gouvernement en est conscient et sa feuille de route reflète bien sa ferme volonté d’améliorer les conditions de vie des populations.
Il n’empêche. La réalité est que la Côte d’Ivoire est véritablement en marche, avançant à grands pas, vers la modernité. L’Eléphant s’est redressé sur ses quatre pattes. Cette renaissance économique, politique, culturelle et sportive a trouvé expression dans l’inscription du masque Zaouli au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, ou encore dans l’élection du pays comme membre non permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Et, cerise sur le gâteau, 2017 a achevé de convaincre qu’une nouvelle Côte d’Ivoire a vraiment vu le jour. Le pays accueillait alors les 8èmes Jeux de la Francophonie, le Sommet Union Africaine-Union Européenne et la Conférence Internationale sur le Sida en Afrique. En outre, le pays est présent à tous les principaux forums où se discutent et se décident les affaires du monde. Il s’y exprime, est entendu et ses vues sont prises en compte.
Le Président Alassane Ouattara était au Sommet du G 20 (Berlin, octobre 2018) et le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly au Global Financing Facility (Oslo, novembre 2018). La diplomatie ivoirienne a atteint les sommets, avec l’élection du pays comme membre non permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies qu’elle préside en ce mois de décembre 2018.

Au total, des résultats qui démontrent que la Côte d’Ivoire peut réussir de grandes choses. Dans une Afrique où obtenir des succès relève souvent de l’exceptionnel. Surtout quand on a connu des situations de crise socio-politique ou de mal développement au cours de décennies antérieures.
La Côte d’Ivoire n’est pas la seule à avoir connu des difficultés de parcours. Mais, la grande différence est venue de la vision et du leadership du Président Alassane Ouattara. L’Homme d’Etat constitue ainsi aujourd’hui le premier capital du pays.
L’évolution que le pays connaît ne relève donc pas d’un miracle. En matière de développement, cela n’existe pas. Point n’est besoin de sortir de Wharton School of Business ou de Harvard pour le savoir. Les succès glanés et le progrès d’ensemble susmentionnés sont, répétons-le, portés par une vision et un leadership, ceux du Président Alassane Ouattara. Une vision mise en œuvre par une équipe gouvernementale aux compétences techniques avérées. La Côte d’Ivoire d’aujourd’hui, c’est d’abord et avant tout, le capital Ouattara.

Bakary Sanogo
Expert en Communication pour le Développement
Directeur du Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG) – Côte d’Ivoire
Commentaires


Comment