Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Les femmes Rhdp qualifient de « dérives langagiaires » les propos de Bédié à Daoukro

Publié le mardi 29 janvier 2019  |  APA
Conférence
© Abidjan.net par PR
Conférence de presse des femmes du RHDP relative aux propos du président du PDCI
Abidjan le 28 janvier 2019. les femmes du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) ont animé une conférence de presse ce lundi pour dénoncer des propos tenus par le président du PDCI, Henri Konan Bédié, lors d`une rencontre avec des jeunes à Daoukro. Photo : Odette Ehui, présidente des femmes du RHDP


Abidjan (Côte d’Ivoire) - Les femmes du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, pouvoir), ont qualifié lundi de « dérives langagiaires » les propos du leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié), Henri Konan Bédié à Daoukro (Est) dans une déclaration.

Cette réaction des femmes Rhdp, lue par leur présidente nationale Odette Ehui Agnero, au cours d’un rassemblement au Palais de la culture de Treichville, au Sud d’Abidjan, intervient après une rencontre du président du Pdci, avec sa jeunesse et des cadres de son parti le 26 janvier 2019 à Daoukro.

Au cours de cette rencontre, M. Bédié, a, selon les femmes Rhdp, eu des « dérives langagiaires » en qualifiant les membres du parti unifié Rhdp de « détourneurs de deniers publics » et « de fils adultérins » de Félix Houphouët-Boigny, le premier chef d’Etat ivoirien.

« … Au moment où nos adversaires du Rhdp Unifié se réunissent avec de l’huile, du riz, des chiffons et du pain sans lesquels ils ne peuvent faire du nombre ! Ici, à Daoukro rien de tout ce folklore qui frise l’assemblée des militants manipulés et enrôlés de force », avait dit M. Bédié.

Ces propos de M. Bédié sont « du mépris pour ces vaillants militants, braves femmes et ces jeunes intrépides, épris de paix », a affirmé Mme Ehui, une ex-responsable des femmes du Pdci, qui déplore des « affirmations gratuites ; des accusations graves et des injures ».

Avant 9h00 GMT (heure locale), le stade Félix Houphouët-Boigny ayant accueilli le Congrès constitutif du Parti unifié Rhdp, la coalition au pouvoir, était bondé de monde, a fait savoir Kandia Camara, la ministre de l’Éducation nationale.

Que M. Bédié se consacre à « son opposition (politique) dans la dignité des autres » car ces propos tenus sont « trop graves », a martelé Kandia Camara, avant d’ajouter : « il veut nous faire prendre un autre risque » en allusion à la crise post-électorale de 2010-2011.

Pour les femmes du Rhdp, ce n’est pas par la force que les 200.000 participants ont été conduits au stade ». Par conséquent, ce sont « des allégations mensongères qui ne l’honorent pas » en tant qu’ ancien président de la République.

« Le président du Pdci accuse de détourneurs de deniers publics les responsables du Rhdp. Toute chose qui mérite une action en justice », a déclaré Mme Ehui, pour qui sur le chapitre de détournement, il a été découvert sous son régime un détournement de 18 milliards Fcfa de l’Union uuropéenne par Maurice Guikahué, le secrétaire exécutif en chef du Pdci.

« Nous tenons à dire que nous sommes tous des enfants légitimes d’Houphouët-Boigny , parce que Houphouët-Boigny n’a pas commis d’adultère. (En outre) un digne fils n’insulte jamais son père », at-elle poursuivi, insinuant « nous sommes toutes et tous les enfants légitimes d’Houphouët ».

Selon elle, « aujourd’hui on connait ses ambitions : celles d’être candidat, de reconquérir le pouvoir en 2020 pour se venger, d’où son retrait au Rhdp, ayant réalisé qu’il ne pouvait pas être le meilleur candidat pour le Rhdp ».

« En conséquence de ces observations, nous condamnons fermement les propos tenus par le président du Pdci de Henri Konan Bedie. Nous le mettons en garde contre tout débordement, toutes manifestations, tous troubles à l’ordre public », a-t-elle conclu.

La ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Mariatou Koné, a appelé les femmes à rester tolérantes en dépit de ces « injures », tout en les invitant à cultiver le vivre ensemble.
Commentaires


Comment