Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire: le secteur bancaire enregistre un total-bilan de plus de 12 000 milliards FCFA en 2018

Publié le lundi 4 fevrier 2019  |  APA
Revue
© Abidjan.net par Cyprien Kouassi
Revue Annuelle des réformes et projets communautaires : le gouvernement échange avec la commission de l`UEMOA
Jeudi 31 janvier 2019. Abidjan. Le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné a procédé à l`ouverture des échanges de la Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l`Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) en Côte d`Ivoire.


Le secteur bancaire ivoirien a enregistré un total-bilan de plus de 12 000 milliards de FCFA au 31 décembre 2018, soit une progression de 14% par rapport à l’année dernière, a appris APA dimanche de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.

« Au 31 décembre 2018, le secteur bancaire a enregistré un total-bilan de plus de 12 000 milliards de FCFA, soit une progression de 14% par rapport à l’année dernière. Un total-emploi de 11 257 milliards de FCFA, soit 16% de progression, avec 7 107 milliards de FCFA de crédits à l’économie», annonce une note d’information du Trésor et de la comptabilité publique de Côte d’Ivoire, transmise à APA.

Rendant compte d’une cérémonie de gratitude du ministre de l’économie et des finances, Adama Koné et des structures rattachées dont le Trésor public organisée vendredi à l’endroit du secteur bancaire ivoirien, cette note rapporte en outre qu’un « total-ressources de 10 050 milliards de FCFA, soit une progression de 12% » a été également enregistré en 2018.

Dans son mot de bienvenue, Jacques Konan Assahoré, Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique a situé le cadre de la rencontre. « Ce déjeuner qui nous rassemble est une belle occasion de renforcer davantage les liens de coopération qui nous unissent, dans l’optique de mieux cerner et appréhender les défis futurs que nous savons tous nombreux », a-t-il expliqué.


Au-delà des aspects conviviaux et festifs, le ministre Adama Koné, initiateur de cette communion entre partenaires, a ouvert une lucarne pour échanger avec ses convives sur la qualité de leur collaboration et envisager, d’un commun accord, les perspectives de renforcement de leur partenariat.

Dans le souci de consolider la croissance économique, le Gouvernement ivoirien a engagé des projets de développement ambitieux dont le financement, nécessite des ressources financières conséquentes.

Toute chose qui, a-t-il indiqué, ne peut se faire sans un système financier dynamique et robuste, à même d’accompagner efficacement d’une part, le secteur privé, appelé à jouer le rôle de locomotive de cette croissance, et d’autre part, l’Etat dans la mise en œuvre de ses projets structurants.

Evoquant le besoin de financement global en 2019, le Ministre a révélé qu’il s’élève à 2 416,9 milliards de FCFA dont 1 429 milliards de FCFA à rechercher sur le marché des capitaux.

M. Adama Koné a invité les banquiers à continuer d’accompagner l’Etat afin d’accroître de manière significative sa capacité de financement. « Je tiens à vous assurer que vos interventions et tous les efforts consentis en faveur du développement de notre pays sont fortement appréciés et reconnus », a souligné le ministre.


Pour sa part, M. Guy Koizan, Président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APEBF-CI), a remercié le ministre et l’ensemble de ses collaborateurs qui, a-t-il souligné, ne ménagent aucun effort pour assurer aux acteurs de la vie économique un environnement favorable.

Il en veut pour preuves plusieurs chantiers dont le dossier Bureau d’information sur le crédit qui a pu connaître l’évolution souhaitée et la problématique du rapatriement des recettes d’exportation dont le taux a pu être sensiblement relevé.

Autant de réformes qui ont permis au secteur bancaire et financier d’accompagner encore plus efficacement le développement économique de la Côte d’Ivoire.

LS/APA
Commentaires


Comment