Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Les cadres de Lahou-Kpanda optent pour un désensablement artisanal de l’embouchure

Publié le lundi 11 fevrier 2019  |  AIP
Environnement:
© Abidjan.net par CT
Environnement: Mission de soutien et d`échanges à Lahou Kpanda
Grand Lahou le 30 janvier 2019.Le directeur de cabinet du ministère de l`environnement et du développement durable, Kouablan François a conduit ce mercredi une forte délégation a Lahou Kpanda afin d`apporter le soutien aux populations du village victimes d`érosion côtière.


Grand-Lahou, Les cadres du village de Lahou-Kpanda, à 18 kilomètres de Grand-Lahou (Sud, région des Grands Ponts) ont mis en place un comité technique chargé de désensabler urgemment et de façon artisanale l'embouchure à son ancien site.

L'annonce a été faite par le premier responsable de l'association des cadres du village, Gnaba Djiva, lors de leur première rencontre, samedi, à la salle des mariages de la mairie de Grand-Lahou.

"Notre village disparaît progressivement sous les flots de la mer. Nous avons déjà pris les dispositions juridiques, administratives et techniques pour creuser l'embouchure à un autre endroit afin de préserver notre village de disparition. Face à l'érosion côtière, nous, les fils du village, avons décidé de prendre nos responsabilités. Avec nos propres moyens, nous allons creuser l'embouchure avec aussi l'aide de personnes de bonnes volontés", a terminé M. Gnaba.

L'enseignant géographe et président du comité technique, Dieket Paul Antoine, a expliqué que le flux du fleuve Bandama et la construction du barrage de Kossou et celui de taabo sont à l'origine de l'ensablement de l'embouchure. "Les études techniques ont déjà été effectuées et nous allons passer à la phase d'exécution très bientôt", a-t-il affirmé.

Le village de Lahou-Kpanda est menacé de disparition à cause de l'érosion côtière. Plusieurs habitations et vestiges de l'esclavage ainsi que de la colonisation, ont été déjà engloutis sous les eaux. Depuis le début du mois de février, ce sont les tombes qui sont en train d'être emportées par la mer, rappelle-t-on.

(AIP)

rk/fmo
Commentaires


Comment