Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Perspectives économiques en CI : Le 8ème rapport de la Banque mondiale dénonce une économie peu inclusive, Adama Koné rassure

Publié le vendredi 22 fevrier 2019  |  LInfodrome
Renforcement
© Ministères par dr
Renforcement du partenariat Ministère de l’Economie et des Finances- Banques : Le Ministre Adama Koné félicite les acteurs du secteur bancaire
Dans le cadre du renforcement de leur partenariat, le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné a échangé avec l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI), le vendredi 1 er février 2019. Ces échanges se sont déroulés autour d’un déjeuner, à l’hôtel Pullman du Plateau.


Le 8ème Rapport de la Banque mondiale sur la situation économique de la Côte d’Ivoire a été publié ce jeudi 21 février 2019. Intitulé : « Que la route soit bonne, améliorer la mobilité urbaine à Abidjan », il présente les contraintes à la mobilité dans la ville d'Abidjan comme un frein au développement économique de la Côte d'Ivoire.


Les perspectives économiques en Côte d’Ivoire, selon le 8ème rapport de la Banque mondiale, indiquent une économie toujours dynamique mais peu inclusive et appellent à résoudre les enjeux de mobilité à Abidjan pour transformer la forte croissance urbaine en atout de développement. C’est la conclusion du Rapport publié ce jeudi 21 février 2019 au cours d'une cérémonie à l'auditorium de la Primature, à Abidjan-Plateau. Le Rapport confirme que la Côte d'Ivoire reste l’une des économies les plus dynamiques de la planète et affiche le taux de croissance (7,4% en 2018) le plus élevé de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), malgré une légère baisse de 0,3 % par rapport à sa performance de 2017 (7,7%).

Jacques Morisset, chef des programmes de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire et principal auteur du rapport a expliqué que l’urbanisation peut aider les entreprises de la Côte d'Ivoire à devenir plus productives et les ménages à mieux vivre, en leur offrant des emplois, des écoles pour leurs enfants et de meilleurs soins de santé que dans les campagnes, à condition qu’elle soit planifiée et maîtrisée. De l'avis de ce dernier, en 2050, près de deux Ivoiriens sur trois vivront dans un centre urbain, dont plus de 10 millions à Abidjan. Puis d'indiquer que les problèmes de mobilité urbaine vont s’accentuer si rien n’est fait et les solutions deviendront de plus en plus difficiles à mettre en œuvre.
... suite de l'article sur LInfodrome

Commentaires


Comment