Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Le prix bord champ du kg de noix de cajou diversement apprécié à Niakara

Publié le samedi 2 mars 2019  |  AIP
Ouverture
© APA par DR
Ouverture de la 2è édition de la Journée nationale des Exportateurs de Cajou de Côte d’Ivoire (JNEC-CI)
Vendredi 23 février 2018. Ouverture de la 2è édition de la Journée nationale des Exportateurs de Cajou de Côte d’Ivoire (JNEC-CI)


Niakara, Le prix bord champ du kilogramme de noix de cajou, séchées et triées, au titre de cette campagne de commercialisation 2019 démarrée en février a été fixée par le Gouvernement ivoirien à 375 contre 500 frs CFA pour l'édition précédente, une mesure diversement appréciée par les producteurs de Niakara (région du Hambol), a relevé l'AIP sur place ce vendredi.

" La campagne 2018 a été morose et désastreuse , il n'y avait pas d'acheteurs et les prix sont descendus jusqu'à 200, et même en deçà, alors que le prix officiel était de 500 frs CFA /Kg de noix de cajou bord champ" , s'est souvenu Félix Ouattara Apalo (35 ans) , un producteur d'anacarde à Niakara.

Comme ce jeune homme, de nombreux agriculteurs non affiliés aux coopératives " bien structurées '' ont salué la décision des autorités ivoiriennes fixant cette année le prix du kilogramme de noix de cajou bord champ à 375 frs CFA.

Tous espèrent que ce prix attire plus d'acheteurs, induisant une concurrence et partant une flambée du prix , pour le bonheur des producteurs.

Cependant, pour les membres de la coopérative Wékpolo de Niédiékaha, l'un des rares groupements de producteurs livrant directement les récoltes au Port Autonome d'Abidjan, ce prix bord champ 2019 "est une pilule très amère ".

" En 2018, j'ai vendu ma production à 500 frs CFA voire un peu plus, donc cette chute de prix est une grosse déception, une perte. Nous payons le prix du déficit d'organisation et de professionnalisme qui , malheureusement, minent encore le secteur de la production'', a déploré Adama Coulibaly Dahiry, un producteur d'anacarde affilié à la coopérative Wokpolo de Niédiékaha.

(AIP)

jbm/bsb/kam
Commentaires


Comment