Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Conseil du coton et de l’anacarde : un contrat tripartite d’achat de 200 000 tonnes pour la campagne 2019 signé avec le groupe vietnamien TNT

Publié le jeudi 21 mars 2019  |  Abidjan.net
Filière
© Abidjan.net par Marc ATIGAN
Filière Anacarde: signature de convention tripartite entre le Groupe vietnamien T&T, le GIE des Exportateurs de noix de Cajou et le Conseil Coton Anacarde
Abidjan le 20 Mars 2019. Cérémonie de signature de convention tripartite entre le Groupe vietnamien T&T, le GIE des Exportateurs de noix de Cajou et le Conseil Coton Anacarde, portant sur l`achat de 200000 tonnes de noix de cajou origine Côte d`Ivoire sur les trois prochains mois suivi de la construction d`une usine de transformation de l`anacarde Photo: Adama Coulibaly, DG du Conseil Coton Anacarde


Une convention de partenariat pour l’achat de 200 000 tonnes de noix de cajou de Côte d’Ivoire, au titre de la campagne 2019, a été signée, ce mercredi 20 mars 2019, à Abidjan, par le Conseil de coton et l’anacarde de Côte d’Ivoire, le groupe vietnamien TNT et le Groupe d’intérêt économique (GIE) des exportateurs de noix de cajou de Côte d’Ivoire.

Dans le cadre de mise en œuvre concrète de ce partenariat, le groupe vietnamien TNT a validé ce jour, un premier contrat de 50 000 tonnes de noix de cajou à livrer au Vietnam dans le courant du mois d’avril 2019.

C’est le siège du Conseil du coton de l’anacarde logé au 15ème étage de l’immeuble de la Caistab au Plateau, qui a abrité cette cérémonie de signature de contrat dont les parties ont été respectivement représentées par Adama Coulibaly, DG du Conseil du coton et l’anacarde, Truong Sy Ba, Chef de la délégation vietnamienne et Diaby Aboubacar, président des exportateurs de noix de cajou de Côte d’Ivoire.

Satisfait, le DG du Conseil du coton et de l’anacarde a apprécié cette convention de partenariat qui vient unir les exportateurs nationaux. « Il n’y aura plus de compétition, mais plutôt de la solidarité entre vous. Ce partenariat avec le groupe TNT est pour nous, un appui à nos exportateurs nationaux de façon à ce qu’ils puissent tenir la route et rester sur le marché d’exportation de la noix de cajou », s’est-il réjoui.

Selon lui, beaucoup de producteurs locaux ont souffert de la campagne 2018, certains étaient menacés de disparition, ce contrat pour la campagne vient donc redonner de la joie à l’ensemble des acteurs de ladite filière en Côte d’Ivoire.

En outre, a-t-il exhorté les acteurs ivoiriens de la filière anacarde à copier l’exemple de leurs partenaires vietnamiens. « Au Vietnam, chaque entreprise est un soldat pour le gouvernement. Il est donc important que nous puissions intégrer cette démarche de prospérité pour préserver les acquis de ce contrat et pour participer à la réalisation des objectifs de TNT avec son programme d’investissement à long terme », a-t-il conseillé.

Par ailleurs, ce qui a prévalu au choix de la Côte d’Ivoire pour ce partenariat, est, selon le Chef de la délégation vietnamienne Truong Sy Ba, d’abord parce que la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de noix de cajou, ensuite la qualité de la noix de cajou est aussi bonne. Et troisièmement, il s’agit du soutien de l’Etat de Côte d’Ivoire aux actions du Conseil du coton et de l’anacarde.

Après la signature, on va visiter l’intérieur du pays pour évaluer les sites pour implanter une usine de transformation de la noix de cajou. On espère mettre en place une usine de 30 000 tonnes cette année, pour qu’à terme on arrive à 100 000 tonnes l’année prochaine. Un objectif à atteindre sera de mettre en place une banque du groupe vietnamien TNT.

Quant à Diaby Aboubacar, président des exportateurs de noix de cajou de Côte d’Ivoire, ce contrat, est pour lui le fruit d’un long travail, qui vient enfin pour grandir la filière et l’aider à aller à la transformation qui va profiter d’abord aux producteurs à travers un marché stable. « Pour nous, c’est un soulagement, un sentiment de succès parce qu’en Côte d’Ivoire la filière de la noix de cajou est largement dominée par les étrangers, et c’est la première fois que les nationaux se mettent ensemble pour mener le même combat », a-t-il souligné.



JOB
Commentaires


Comment